Accueil » Presse/Emploi/Éducation »  Dossiers >> Enquêtes Rungis Actualités
Enquêtes Rungis Actualités

Région Languedoc-Roussillon : Excellence des produits et richesse des terroirs

Vaste amphithéâtre sur la Méditerranée, au climat doux et ensoleillé, la région Languedoc-Roussillon se caractérise par l’extrême variété de ses produits de qualité et la richesse de ses terroirs...

La région Languedoc-Roussillon compte cinq départements - l’Aude, le Gard, l’Hérault, la Lozère et les Pyrénées-Orientales - et sa capitale administrative est Montpellier. Elle est bordée au sud par l’Espagne, Andorre et la mer Méditerranée (golfe du Lion) et les régions françaises PACA, Rhône-Alpes, Auvergne, Midi-Pyrénées. Plusieurs éléments la contiennent dont les Pyrénées, le seuil du Lauragais, les Cévennes et le fleuve Rhône.

Fruits et légumes en abondance

Par son ensoleillement et ses terres fertiles, le Languedoc-Roussillon est l’une des régions les plus généreuses pour la production de fruits et légumes. Seconde activité de la région occupant 13% des exploitations, elle est réalisée sur 45 750 hectares. De cette véritable corne d’abondance, les agriculteurs ont su exploiter les différents terroirs pour produire des fruits et légumes de qualité, dans les plaines de l’Hérault, les vallées des Pyrénées, sur le relief des Cévennes, sur les Costières de Nîmes...

Outre l’omniprésence de la vigne (premier vignoble du monde), la région a développé une longue tradition de maraîchage et d’arboriculture fruitière. Parmi les principales cultures figurent la pomme de terre primeur Béa du Roussillon (AOC), l’oignon doux des Cévennes (AOC), l’olive « picholine » de Nîmes (AOC), les salades (CCP), la pêche (CCP) et la nectarine (la région produit la moitié de la récolte nationale), la cerise (15% de la production française), l’asperge (28% de la production nationale), l’abricot (36% des volumes nationaux), le céleri (principal producteur), la pomme (CCP, dont la reine des reinettes, la reinette du Vigan) et la poire (CCP), la tomate et le concombre (CCP, spécialité de la région), le melon (CCP), le navet de Pardailhan, la fraise de Nîmes ou gariguette (IGP), la figue, le haricot du Lauragais, la truffe noire (Gard)...

Des produits de la mer variés

La région est partagée en deux quartiers maritimes : Port-Vendres au sud et Sète au nord. La production halieutique globale de la région s’est élevée à 17 872 tonnes en 2005 contre 21 752 tonnes l’année précédente. Parmi les principaux produits de pêche figurent la sardine (9 871 tonnes), l’anchois (4100 tonnes), le merlu (1105 tonnes), le poulpe et le calmar (1077tonnes), le thon rouge (724 tonnes).

Concernant la conchyliculture, la production représente environ 10% des volumes nationaux, à savoir 13 000 tonnes d’huîtres (bouzigues de l’étang de Thau) et moins de 5000 tonnes de moules. En Languedoc-Roussillon, la conchyliculture a débuté à la fin du siècle dernier (1880) dans les canaux de Sète où des établissements flottants s’étaient développés. Elle prend son essor après 1945. Parmi les produits de la mer sous signe de qualité, figurent l’anchois de Collioure (IGP et CCP) et l’huître creuse (CCP).

Des viandes de qualité

Le cheptel bovin reste remarquablement stable au cours des cinq dernières années. En revanche, les autres cheptels sont en baisse sensible. La poursuite de la disparition des troupeaux d’ovins en plaine et le vieillissement de la population d’éleveurs caprins en sont la cause. Le taureau de Camargue (AOC) est élevé en liberté (15 000 à 20 000 têtes) sur les 40 000 hectares du pâturage camarguais et doit disposer d’un hectare et demi par animal pour se nourrir. Le troupeau est composé de deux races : race Brave et race Di-Biou. La production de viande dépasse les 500 tonnes/an.

Les viandes bovines sous signe de qualité sont notamment le bœuf gascon (Label rouge), le bœuf fermier Aubrac (Label Rouge), le veau fermier du Lauragais (Label rouge), la viande bovine du Pays de l’Aubrac (IGP), l’agneau de Lozère (IGP), l’agneau fermier du Pays d’Oc (label Rouge), la viande bovine rosée des Pyrénées (CCP). Parmi les volailles, citons les principales : volaille fermière du Languedoc (IGP et Label Rouge), volaille fermière du Lauragais (IGP et label Rouge), volaille fermière d’Oc (Label Rouge).

Un beau plateau de fromages

Parmi les principaux fromages de la région, le pélardon est protégé par une AOC depuis 2000. Il est exclusivement produit dans les Cévennes. Le moulage, à partir du caillé frais, s’effectue à la louche, lui donnant cette forme spécifique. L’affinage dure onze jours au minimum.

La tomme de Lozère est fabriquée au lait de vache provenant du Margeride - Haut Gévaudan. La production reste confidentielle avec seulement plusieurs dizaines de tonnes. La tomme des Pyrénées est un fromage fait avec du lait de chèvre, de vache ou de brebis. L’aspect de la pâte permet de les différencier. Son poids varie entre 1,5 kg et 4,5 kg. Le pérail est un fromage de brebis à pâte molle non pressée. Autrefois fabriqué pour une consommation familiale, il commence à franchir nos frontières. Le bleu des Causses est un fromage persillé plus sec que le bleu de Bresse.

De grands vins

Le Languedoc-Roussillon est le plus grand vignoble du monde. Il s’étend sur 200 000 hectares et produit 1,5 million d’hectolitres. Les principaux cépages rouges sont le carignan, le grenache, la Syrah, le cinsault, le mourvèdre et le muscardin.

Les principaux cépages blancs sont le grenache blanc, le macabeu, le carignan blanc, la clairette, le picpoul, le bourboulenc, le mauzac et les muscats. Parmi les principales appellations : côteaux du Languedoc, costières-de-Nîmes, faugères, minervois, corbières, limoux, côtes du Roussillon et villages, fitou, collioure et les vins doux naturels (banyuls, muscats de Lunel, mireval, frontignan, st-jean de minervois, maury, rivesaltes).

Produits spécifiques et culinaires

La Camargue est le site privilégié pour la récolte du sel depuis l’Antiquité, sur le salin d’Aigues-Mortes (11 000 hectares). La production moyenne annuelle de riz de Camargue répartie sur 20 000 hectares (dont 8 000 hectares en Languedoc-Roussillon) est d’environ 110 000 tonnes de paddy, soit 75 000 tonnes de riz blanchi. On distingue quatre types de riz : riz rond 38%, long 35%, très long 22% et moyen 5%. La France consomme environ 235 000 tonnes de riz par an, soit 4,5 kg par an et par habitant. Les riz étuvés représentent encore 50% du marché.

Parmi les principales spécialités culinaires du Languedoc-Roussillon figurent le cassoulet, la brandade de morue, la macaronade, la tapenade, la gardianne, les petits pâtés de Pézenas, la fougasse, l’aïoli, l’aligot, la tielle sétoise, la bourboulhade… (source : Cons. Région. Languedoc Roussillon / Septimanie Export / CRT Languedoc Roussillon (crtlr@sunfrance.com) / Chbre. Région. Agriculture Languedoc Roussillon / CDT Gard / CG30 / Synd. du Minervois / Synd. Riz. France / Parc Région. de Camargue / Synd. Initiat. Minerve)
Francis Duriez

Les Grands Chemins

Créés en 2001 par le Syndicat d’initiative de Minerve (tél. : 04 68 91 81 43), Les Chemins de Minerve dont le succès va croissant, deviennent Les Grands Chemins. Il s’agit d’une quinzaine découvertes qui a lieu durant la Toussaint, dans le Minervois (entre Béziers et Carcassonne). Les Grands Chemins proposent des circuits d’expositions allant de caveaux de vignerons en restaurants et d’hébergements touristiques

en ateliers d’art. Ils se déclinent également en Chemins d’eau et de lumières, en Chemins de pierres et Chemins des toiles. Durant la quinzaine, les visiteurs se voient proposer des animations multiples et variées (concerts jazz et musique classique, repas mets et vins, dégustations de vins…).

Avis de pros

Damien Alary
(Vice-président de la région Languedoc-Roussillon, président du Conseil général du Gard, chargé des questions agricoles)

« Je suis en charge des questions de promotion de la viticulture, des cultures méditerranéennes et des différents produits de terroirs de la région. Nos filières agricoles et agroalimentaires ont engagé une mutation qualitative et technologique importante. Dans notre région, des progrès énormes ont été entrepris en matière de viticulture, d’arboriculture et sur d’autres niches comme l’oléiculture à forte densité ou encore la trufficulture. Pour faire connaître et valoriser l’ensemble de nos produits, nous avons créé une marque ombrelle, Sud de France, dont l’ambition est de promouvoir ces produits en France et surtout à l’export. Il s’agit de produits bruts et de produits transformés. Nos signes de qualité produits sont aussi nombreux que ceux de nos voisins de Midi-Pyrénées. En revanche, le nombre de nos exploitations agricoles est bien inférieur et ne dépasse pas les 30 000. Nous disposons d’une large et belle gamme de produits qui reste encore trop peu connue par manque de communication. Il nous faut sortir de nos frontières régionales et nationales pour mieux faire apprécier notre belle région, notre vignoble, premier mondial, la diversité de nos paysages, la qualité de nos produits... Il nous faut mieux vendre notre région ».

Guy Giva
(Président de la Chambre régionale d’Agriculture du Languedoc-Roussillon et président de la Chambre d’Agriculture de l’Aude)

« Composée des départements de l’Aude, du Gard, de l’Hérault, de la Lozère et des Pyrénées-Orientales, notre région recèle pratiquement toutes les productions agricoles. Premier mondial (200 000 hectares et 15 millions d’hectolitres), notre vignoble est plus important que celui du Chili. Nous étions sur des vins de masse et nous sommes passés à des vins qualitatifs. La région est fédérée sous une bannière commune qui est Sud de France et qui va de la viticulture à l’agroalimentaire. Nous allons ouvrir une « Maison du Languedoc-Roussillon » à Shanghai pour promouvoir nos produits régionaux. De plus, nous allons créer en 2008, un festival des AOC des produits de la région afin de mieux les valoriser. Nous avons des atouts indéniables et je reste optimiste pour l’avenir car nous sommes situés dans un triangle d’or entre Barcelone, Montpellier et Toulouse, avec un afflux de population et donc de consommateurs. L’agroalimentaire est notre première force économique et il nous faut la conforter par le développement de productions oubliées. Notre région est l’alliance des terroirs et des hommes... ».

François Callet
(Président du Syndicat des riziculteurs de France et de la filière)

« La production de riz de Camargue est à cheval sur deux régions : Paca (12 000 hectares) et Languedoc-Roussillon (8000 hectares). Passé en IGP, il est cultivé avec des techniques validés et un suivi de toute la filière. Il présente une grande diversité : rond, long, très long, parfumé, et peut être en complet (avec des complets rouges ou noirs), étuvés... La consommation de riz en France reste réduite (4 à 5 kg / habitant / an), alors qu’elle est le double en Italie.
Depuis trois ans, la production nationale est assez stable, avec 100 000 tonnes (comprenant 70 000 tonnes de consommable et 30 000 tonnes de déchets). En Languedoc - Roussillon, le riz n’est pas une culture essentielle comme le vin. L’avenir de la région est au développement de produits haut de gamme, à la revalorisation de produits disparus par rapport à des productions de massification.

Christian Thomas
(P-dg de la société Pomleg - Rungis)

« Notre gamme comprend les pommes de terre, l’ail, l’échalote, l’oignon. Ce sont des produits de belle qualité. Parmi ces derniers, nous distribuons des produits de la région Languedoc-Roussillon comme la Béa du Roussillon, pomme de terre primeur AOC qui ne présente pas une chair ferme mais qui tient à la cuisson. Nous en faisions de gros volumes jusqu’en 90, puis elle s’est effacée devant la pomme de terre de conservation.
Par ailleurs, nous commercialisons également l’oignon doux des Cévennes, produit AOC de très belle qualité. Il est doux quand il est cru et légèrement sucré à la cuisson. Nous en passons environ 5 tonnes/semaine et ses volumes sont en hausse. Cette région possède des produits de qualité et haut de gamme. Cela tient à son ensoleillement, aux choix variétaux adaptés à la région, au mode de production encore artisanal et à la faible concentration des productions, à ses origines recherchées... Par la qualité de ses produits, cette région mérite une meilleure mise en avant. ».

Jean-Pierre Cazals
(Restaurateur au Grau-du-Roi - 34)

« Restaurateur depuis plus de trente ans, je privilégie les produits de la région, en particulier ceux qui ont une AOC ou une IGP comme le riz et le taureau de Camargue, le fromage de chèvre pélardon, l’huile d’olive de Nîmes, la fraise gariguette, l’agneau de Lozère et de Nîmes, la brandade de morue, produit anachronique de la région, le cassoulet... La gastronomie de cette région reste encore méconnue car elle est assez disparate et diversifiée, faite d’influences diverses. C’est une région riche en produits agroalimentaires mais encore méconnus… »

retour à la liste des enquêtes