Accueil » Presse/Emploi/Éducation »  Dossiers >> Enquêtes Rungis Actualités
Enquêtes Rungis Actualités

Irlande : terre de richesses et de tradition

Surnommée "l'Ile Emeraude", l'Irlande est un pays de traditions et d'accueil, aux paysages diversifiés et à la nature riche et sauvage. Sa longue histoire a influencé sa culture, sa gastronomie et son économie ouverte sur le monde...

L'Irlande est une île située à l'ouest du Royaume-Uni et au nord-ouest du continent européen. Elle est bordée par l'océan Atlantique à l'ouest, la mer d'Irlande au sud-est et la mer Celtique au sud... La République d'Irlande (Eire) occupe la partie sud et représente 84% de l'île, avec une superficie de 70 300 km2. Elle est constituée de quatre provinces (Leinster, Munster, Connacht ou Connaught, et une partie de l'Ulster), elles-mêmes divisées en vingt-six comtés depuis sa partition en 1921. Sa population s'élève à 4 446 000 habitants dont 1 300 000 à Dublin, la capitale. L'Irlande du Nord (Ulster) dont la capitale est Belfast, demeure une entité politique du Royaume-Uni depuis 1952 et possède six comtés sur une superficie de 14 120 km2. L'anglais est la langue majoritaire et le gaélique n'est parlé couramment que par peu de monde. Au centre du pays s'étend une vaste plaine de calcaire carbonifère entourée de montagnes de faible altitude (le point culminant est le mont Carrantuohill à 1041 m). Il existe de nombreux lacs, rivières et tourbières et le plus long cours d'eau est le fleuve Shannon (386 km). Le climat est tempéré, les étés doux, les hivers frais et pluvieux. Les températures à l'est et au centre sont plus fraîches qu'à l'ouest qui bénéficie de l'effet du Gulf Stream. Son sous-sol est riche en or, argent, gypse, calcite, dolomite... et notamment en zinc, la plus importante production européenne. Son histoire remonte 9 000 ans avant J.C; avec les premiers habitants arrivant d'Europe du nord et c'est au IVe siècle avant J.C. que la civilisation celte (les Gaëls) s'installe sur l'Ile durant près de mille ans. Son histoire est douloureusement marquée par les invasions des Vikings, la colonisation par les Anglais et les affrontements religieux (catholiques et protestants)... Au XIVe siècle, la grande famine menaça d'extinction la population, provoquant une émigration massive en Amérique du Nord. En 1921, l'Irlande amputée des deux tiers de l'Ulster, devint un "dominion" et en 1949, la République d'Irlande fut proclamée...L'Irlande est une démocratie parlementaire dont le président est élu pour sept ans au suffrage universel direct. Le pouvoir législatif est exercé par le parlement national (Oireachtas) constitué du président et de la chambre des représentants (Dail Eireann) et du sénat (Seanad Eireann). La présidente est Mme Mary Mc Aleese (réélue en 2004) et le premier ministre, M Brian Cowen depuis 2008.

 

Une économie exportatrice...

Avec un marché intérieur de quatre millions d’habitants, l’économie irlandaise dépend largement de ses échanges commerciaux. Très ouverte sur le monde, elle a pour principaux partenaires dans le secteur agricole, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la France et l’Allemagne. La République d’Irlande a adopté l’euro en 1999 comme les quinze autres pays européens. Surnommée le « tigre celtique » en raison de sa forte croissance dans les années 90, elle connaît une crise économique et financière depuis 2008, constituant un énorme défi pour ses dirigeants. Dans cette conjoncture difficile, le secteur agroalimentaire est en bonne santé et les exportations ont bien résisté avec une baisse limitée (2,5%) en 2009. Les services et l’industrie représentent 97,5% de l’économie, le secteur agricole, pilier traditionnel, compte pour 2,5% du PIB.

Le secteur agroalimentaire compte pour 6,6% de l’économie irlandaise et 16% de la production industrielle. Les principaux destinataires sont le Royaume-Uni (45%), l’Europe continentale (32%) et le reste du monde (23%). Les produits agroalimentaires exportés sont les produits laitiers (28%), les bovins (21%), les plats préparés (18%), les boissons (15%). Les confiseries et le chocolat exportés ont représenté 269 M€ (2008).
La production de viande et volaille transformées a dépassé les 850 M€ (2008) et les exportations ont atteint 400 M€. La volaille transformée avoisine les 70% des exportations et le Royaume-Uni est la première destination. Par ailleurs, 90% des 1,6 million de bêtes abattues sont exportées et représentent 2,58 Md€.

Une agriculture performante…

L’agriculture (4,3 millions d’hectares) est basée principalement sur la production fourragère (ensilages, foin, pâturages…) qui occupe 80% de la superficie agricole, les 20% restants consacrés aux récoltes et au pacage. Les principales cultures sont la betterave sucrière (2 millions de tonnes), l’orge (1 million de tonnes), le blé (690 000 tonnes), la pomme de terre (500 000 tonnes), l’avoine (120 000 tonnes). Par ailleurs, l’agriculture bio représente 1% de la SAU (surface agricole utile), soit 100 M€ par an, et concerne 1 500 producteurs. L’objectif est d’atteindre 5% en 2012.
Grâce à la qualité des herbages due au climat océanique, à une pluviométrie importante et des sols calcaires, le paysage irlandais offre des conditions d’élevage exceptionnelles.

Le secteur horticole irlandais concerne les légumes, les fruits et les plantes d’ornement. Les principales productions de légumes sont les champignons (55 000 tonnes dont 75% exportés vers le UK, CA de 106 M€, 85 producteurs), le chou, la carotte, le navet, le chou-fleur, le panais, la laitue et l’oignon… Les productions de fruits concernent la fraise, la pomme, la poire.
Dans le secteur ornemental, les arbres, arbustes et fleurs d’ornement, les feuillages et les sapins de Noël représentent les principales productions.

Un élevage renommé…

L’élevage bovin et la production laitière représentent 60% de la production agricole. Les deux principales races sont l’Hereford et l’Irish Angus. Avec 5 935 000 têtes (dont 600 000 Irish Angus), l’Irlande possède le sixième cheptel bovin européen, derrière la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne. En 2008, elle était le deuxième exportateur de viande bovine de l’UE après les Pays-Bas avec plus de 450 000 tec (tonne équivalent carcasse) pour 34 000 tec importées. Reconnu pour sa qualité, le cheptel ovin compte environ 6 millions de têtes dont 50% pour l’agneau « premium ».

La France représente le marché d’exportation le plus important (52% en 2009). On compte 33 000 éleveurs avec une moyenne de 100 têtes par troupeau. Les principales races ovines sont le Suffolk, le Texel, le Black Face et le Cheviot. Après les Grecs, les Irlandais sont les plus importants consommateurs de viande ovine de l’UE avec 4,8 kg/habitant/an.
L’élevage porcin avoisine 1,47 million de têtes et les exportations ont été de 368 M€ avec 129 000 tonnes exportées vers quarante pays. La Grande-Bretagne demeure la première destination avec 56%. La volaille représente 130 000 tonnes et 400 millions d’œufs.

Des produits laitiers de qualité…

Avec 5, 2 milliards de litres de lait par an, la production laitière est en grande partie exportée sous forme de produits de grande consommation et dérivés. La Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord absorbent 32% des exportations et l’UE 48%. En 2009, l’Irlande a produit 174 500 tonnes de fromages et 120 000 tonnes de beurre. Le pays possède une tradition fromagère héritée des moines dès le Moyen Age.

Parmi les fromages les plus réputés figurent l’Ardrahan (pâte molle au lait de vache et présure végétarienne…), le Cashel Blue (pâte persillée au lait de vache), le Dubliner (au lait de vache affiné 12 mois, fort et piquant), le Durrus (pâte molle au lait de vache, rond, croûte lavée, proche du livarot), le Gortnamona (pâte molle au lait de chèvre, croûte fleurie), le Desmond (au lait de brebis), le Cahill’s Irish Porter (cheddar affiné à la bière brune)…  

Richesse des produits de la mer…

Disposant de 7 500 km de côtes, l’Irlande est une réserve abondante de produits de la mer (262 000 tonnes) et en exporte plus de la moitié (75% vers l’UE dont 25% en France). La filière compte 11 100 personnes et 200 entreprises sont impliquées dans la transformation, la distribution et la vente.
Les principales espèces débarquées sont le maquereau, le chinchard, le hareng, le saumon, le merlan bleu, le thon, le merlan, l’églefin, le tourteau, la langoustine, le homard (850 tonnes, 22% de la pêche de l’UE et deuxième producteur). La préservation de la ressource s’effectue par le marquage des femelles…
L’Irlande est le deuxième producteur européen de tourteau (10 000 tonnes) pêché au casier et le tourteau pasteurisé est l’un des produits phares.
Deuxième producteur de langoustine (9 000 tonnes) après l’Ecosse, l’Irlande dispose de zones importantes de pêche (Porcupine, îles d’Aran, îles Galley, Labadie, Smalls…). 

Par ailleurs, près de 3 000 tonnes de bulot sont pêchées sur les côtes est et nord (le petit bulot est exporté vers la France et le gros bulot vers l’Asie).
L’Irlande est le premier producteur de bouquet (400 tonnes). Pêché sur les côtes sud et ouest, il est exporté vers la France et l’Espagne. 
Le bigorneau dont l’Irlande est le premier producteur européen est surtout destiné à la France.
Les eaux claires et non polluées des côtes irlandaises sont propices à l’aquaculture, en particulier l’élevage des huîtres creuses, des moules, des truites de mer et du saumon.
Introduite dans les années 70, la production d’huîtres creuses avoisine les 7 000 tonnes / an (deuxième producteur de l’UE après la France) et bénéficie d’un label de qualité. L’Irlande est également un producteur d’huîtres plates réputées.
La production de moules (40 000 tonnes par an dont 30 000 tonnes de moules de fond et 10 000 tonnes de cordes) fait l’objet d’un contrôle de qualité (norme EN 45011).
Enfin, le saumon bio représente 70% de la production totale du saumon irlandais (12 000 tonnes par an). Il est le premier produit de la mer à avoir la certification bio depuis 2001.

Une gastronomie généreuse…

A l’instar de sa culture et de son histoire, la gastronomie irlandaise a été influencée par les différents peuples qui ont occupé le pays. La richesse de son terroir s’exprime à travers une cuisine de tradition mais également innovante. Au nombre des spécialités figurent le « irish stew » (ragout d’agneau aux légumes), le « irish spiced beef » à la Guinness (bœuf à base de poivre et cannelle, se consomme à Noël), le « Dublin Coddle » (saucisses ou bacon avec oignons et pommes de terre dans un bouillon), le « boxty » (crêpe épaisse fourrée de pommes de terre), le « coleslaw » (salade de carottes et de chou à la mayonnaise vinaigrée et sucrée), les « oysters & Guinness » (huîtres à la Guinness), les « mussels in wine sauce » (moules sauce au vin), le « seafood chowder » (soupe de poissons aux légumes), le « brown bread » (pain fait de beurre, sucre et miel). Côté desserts figurent le « plum pudding » (gâteau pour Noël et grandes occasions), le « porter cake » (à base de raisins secs, épices et Guinness), le « mince pie » (tartelette aux pommes, orange, fruits rouges et raisins secs), le « barn brack » (gâteau aux fruits confits pour Halloween)…

L’Irlande est réputée pour ses bières et alcools. Les principales bières sont la Guinness(stout brune aux saveurs caramélisées datant de 1760), la Beamish (stout brune très consommée), la Harp (blonde type lager), la Smithwick’s (bière rousse)…
Les Irlandais sont les inventeurs du fameux « whiskey » (du gaëlique « uisce beatha » signifiant eau de vie), un alcool à base d’orge distillée trois fois. Le « Jameson » et le « Paddy » sont parmi les plus consommés au monde…
Les autres alcools reconnus sont le « Baileys Irish Cream Original » (liqueur à base de whiskey et crème fraîche), le « Poteen » (alcool de pommes de terre ou d’orge maltée titrant 90%), le cidre « Bulmers » (cidre doux et fruité servi avec des glaçons), le « Irish coffee » (mélange de whiskey, café et crème fraîche fouettée)…

Francis Duriez

Source : Bord Bia - Maison d’Irlande, Ambassade d’Irlande, BIM, Librairie Gourmande, CCI Franco Irlandaise, Ubifrance
Crédit photos : Bord Bia

Quelques réactions de professionnels

Bernadette Byrne

Crédit photo : Bord Bia

Bernadette Byrne
Responsable marketing du Bord Bia - Irish Food Board)

« Notre mission est de promouvoir les produits agricoles et agroalimentaires irlandais afin qu’ils soient présents sur les meilleures tables du monde…  Regroupant plus d’une centaine de collaborateurs en Irlande et à l’étranger, Bord Bia joue un rôle essentiel en termes d’information auprès des consommateurs, de communication et de promotion au travers de grands salons internationaux  (SIAL, Sirha, Vinexpo, National Seafood…) et de salons privés, ainsi que dans l’organisation d’animations et dégustations dans les points de vente… Par ailleurs, Bord Bia est impliqué dans la mise en place de programmes de certification de qualité (EN 45011) auprès des élevages et opérateurs certifiés (bœuf, agneau, porc, volailles, œufs…) dans le cadre d’une politique de développement durable. Attachée à ses traditions, l’Irlande est un pays agricole et d’élevage par excellence, tourné vers l’export (85% pour la viande bovine et 70% pour la viande ovine). Pour cette raison, nos producteurs se sont attachés à produire et garantir la meilleure qualité de viande afin de satisfaire le consommateur. En une phrase, je dirais que l’Irlande est un pays béni par la nature comme le montre la richesse de nos produits agricoles… ».

Michael Walsh

Crédit photo : Ambassade d'irlande

Michaël Walsh
(Attaché agricole de l’ambassade d’Irlande à Paris)

« L’agriculture (2,5% du PIB) et le secteur agroalimentaire (6,6% du PIB) sont essentiels pour l’économie irlandaise et 80% de notre production est exportée. Actuellement, on compte environ 150 000 employés dans le secteur agroalimentaire y compris 123 000 dans l’agriculture et 11 000 employés dans le secteur de la pêche. Les trois grands piliers de notre agriculture sont la production laitière, la production de viande et la production céréalière. Depuis l’instauration de la PAC, nos efforts ont surtout porté sur les industries du lait et de la viande. Dans ces deux domaines, notre force et nos atouts sont la qualité de nos produits et notre élevage extensif. Il en est de même pour l’avenir car la compétitivité y est particulièrement importante. A l’horizon 2020, notre objectif est d’augmenter fortement nos productions de lait (+50% avec la disparition des quotas en 2014), de bœuf (+35%), de mouton (+20%) et de porc (+50%). Notre ambition et notre stratégie pour 2020 est de développer notre compétitivité à l’export de 20% car l’exportation demeure un axe fondamental pour notre économie… ».

Alain Raguenes

Crédit photo : FD

Alain Raguenes
(Responsable des produits d’importation de la société Demarne - Rungis)

« Nous commercialisons plus de 23 000 tonnes de produits de la mer par an sous plus de 500 références. Avec l’Irlande, nous travaillons depuis près d’un demi-siècle et nous importions, autrefois, surtout des moules et des oursins… Aujourd’hui, nous traitons environ 500 tonnes de moules/an, notamment de culture, 100 tonnes de tourteau (dont 75% en cuit, réfrigéré, sous vide et pasteurisé), 50 tonnes de bigorneau et bulot, 15 tonnes de noix de Saint-Jacques… Par ailleurs, nous importons du poisson blanc (cabillaud, lieu, églefin, merlan…) pour notre unité de filetage. Les Irlandais ont fait des efforts très importants ces vingt dernières années en termes de qualité, recherche, salubrité, conditionnement et l’Irlande reste un pays d’avenir pour nos approvisionnements… ».

Antoine Boucomont

Crédit photo : FD

Antoine Boucomont
Dirigeant de la société Le Delas - Rungis)

«Spécialiste des produits traiteurs et charcutiers, nous avons ajouté la viande fraîche bovine à nos 12 000 références, en particulier l’origine Irlande. Nous travaillons avec A.I.B.P, le plus gros abattoir irlandais, sous une marque qui nous est réservée, « Glazan Farm ». Il s’agit d’une sélection d’animaux de races croisées que les Irlandais appellent « prime cattle » qui garantit une conformité de viande et une maturation minimale (une semaine). Il s’agit d’une viande de jeunes bêtes qui nous permet d’avoir des morceaux de petite taille parfaitement adaptés à la restauration, de bonne épaisseur, d’une tendreté garantie et d’une qualité constante. D’ailleurs, nous travaillons avec l’Irlande sur les conseils de chefs cuisiniers et restaurateurs qui apprécient beaucoup cette viande pour ses qualités indéniables à la cuisson « à point ». De plus, la qualité du sous vide est irréprochable et les poches bien rétractées. L’Irlande représente 25% de notre rayon viande bovine dont les 75% restants sont des races françaises. Nous commercialisons également de l’excellent agneau irlandais et des produits de la mer (chair de tourteau, bouquet…). L’Irlande est un pays performant au niveau agricole et le Bord Bia, son service marketing de promotion est très efficace et dynamique… ».

Francis Fauchere

Crédit photo : FD

Francis Fauchere
Président de la SAS Eurodis - Rungis)

« Nous commercialisons annuellement un peu plus de 9 000 tonnes de produits carnés. Il s’agit surtout de viande bovine (bœuf, veau…), de viande sous vide conditionnée, d’agneau français et d’importation et de porcelet. La viande irlandaise représente un peu plus de 15% de notre approvisionnement. L’Irlande possède un cheptel de qualité constitué d’animaux qui passent onze mois de l’année en pâturage. Cela permet d’avoir un engraissement de viande standard et régulier toute l’année et une bonne qualité de viande. Nous sommes importateurs exclusifs de « l’Irish Angus », race pure irlandaise, pas très lourde (280 à 340 kg / carcasse), facile à engraisser et dont la viande fondante, tendre et persillée, est idéale pour la restauration, en particulier pour le fameux T- Bone steak. L’Irlande est un pays d’élevage de qualité, novateur, à l’écoute du consommateur. Respectueux des règlementations en vigueur, c’est aussi un excellent partenaire commercial… ».

retour à la liste des enquêtes