Accueil » Presse/Emploi/Éducation »  Dossiers >> Enquêtes Rungis Actualités
Enquêtes Rungis Actualités

Producteurs et grossistes : des relations de qualité

Les relations entre le Marché de Rungis et la production n'ont jamais été aussi fortes et consolident les échanges commerciaux entre les deux entités. Largeur de gamme, qualité des produits, proximité avec le commerce de détail, situation stratégique, puissance logistique... sont un ensemble qui suscite le grand intérêt de la production pour Rungis.

De plus en plus, la valorisation du produit se fait dès le stade de la production, en synergie avec le commerce de gros, dans l’intérêt du client. Cette tendance est un atout important pour le Marché de Rungis et la richesse de son offre, et marque de façon indéniable la qualité de ses relations avec la production…

Pour les maraîchers d'Ile-de-France du Carreau des producteurs de Rungis, leurs bonnes relations avec le commerce de gros sont la base de leur développement

Par sa présence à Rungis, la société maraîchère Marc Beausse a développé l’export qui représente 50% de sa production…

Sylvie Pasquet
(Cogérante de l’EARL maraîchère Marc Beausse, présidente de l’AIDPFL, membre des chambres régionale et départementale d’Agriculture de Seine-et-Marne )

« Nous produisons des plantes aromatiques et de jeunes pousses de salades sur 120 hectares à Chailly-en-Bière (77) en agriculture raisonnée. En étant à Rungis, plateforme logistique exceptionnelle, nous exportons la moitié de notre production vers la Grande-Bretagne (40%), le Danemark, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique… Nous travaillons aussi avec des sociétés de Rungis qui font du grand export (Singapour, Dubaï…). De plus en plus de producteurs sur le carreau cherchent à exporter. Dans notre stratégie, l’exportation est importante et nous allons la développer… ».

Pour certains producteurs d'Ile-de-France, Rungis est un circuit court qui permet de valoriser directement sa production et d'en avoir la pleine maîtrise...

Francis Tremblay
(Dirigeant de l’EARL maraîchère Tremblay)

«Nous sommes installés à Neuville-sur-Oise et à Epiais-Rhus dans le Vexin (95) sur 155 hectares en agriculture raisonnée où nous produisons des radis, oignons blancs, chou vert, céleri rave et céleri branche, épinards, cardon… Nous écoulons la totalité de notre production à Rungis depuis douze ans, sur le carreau des producteurs pour un tiers (restauration et commerce de détail) où mon épouse est présente et pour deux tiers à des grossistes du Marché… Etre à Rungis permet de commercialiser directement ses produits à un prix que l’on fixe et de connaître les volumes demandés. En maîtrisant mieux la production, nous faisons aussi des économies substantielles. Pour nous, Rungis est devenu incontournable… ».

Dominique Chevet
(Dirigeant de l’EARL maraîchère Chevet)

« Installés à Presles-en-Brie (77) sur 7 hectares (dont un demi hectare couvert), nous produisons une multitude d’herbes aromatiques et des fleurs comestibles. Notre clientèle est composée de 50% de détaillants (Cours des Halles, marchés…), de 25% de restaurateurs et de 25% de GMS (en direct). Mes parents étaient au carreau des producteurs dès 1969 et moi, j’y suis depuis 1991. L’avantage d’être à Rungis permet d’avoir un contact direct avec la clientèle, d’éviter les intermédiaires et d’être informé des tendances et des demandes des clients. De plus, je travaille les volumes que je vends et cela permet d’avoir une bonne qualité de produits… ».

En devenant opérateurs sur le Marché de Rungis, certains producteurs développent leur propre production mais également d'autres gammes de produits et multiplient les canaux de distribution

Alexandra Josse
(Responsable financière des sociétés Chronoprimeurs, Eurorungis, Josse Philippe )

« Nous sommes structurés en trois entités, à savoir Chronoprimeurs et Eurorungis, deux enseignes installées sur le Marché de Rungis, et la société maraîchère Josse Philippe, située à Chailly-en-Bière (77) sur 140 hectares qui produit en agriculture raisonnée, plus de dix millions de têtes de salades et du bottelage (oignons blancs, radis rose), épinards, céleri branche, chou vert frisé... Autrefois, mes grands-parents étaient installés sur le carreau des producteurs. Mais par la suite, faute de place, mes parents ont du créer deux sociétés sous les pavillons à Rungis, Chronoprimeurs (A3) et Eurorungis (E3) qui permettent de développer notre clientèle via les grossistes et semi - grossistes. Avec Rungis, nous passons de la production à la vente sans intermédiaires… ».

Pour les producteurs de fleurs (fleurs coupées ou plantes à massif), Rungis représente la proximité de la clientèle, l'évolution du marché, la qualité des produits...

Jean-Claude Chevalier
(Producteur de fleurs d’Ile-de-France - vice-président de l’association Rungis Fleurs Production)

«Installé à Villejuif et à Rungis Ville, je produis de la jacinthe, de l’amaryllis, du muguet, des arums, du tournesol, des hortensias et de l’eremurus… dont une partie est destinée à la fleur coupée que je vends sous le pavillon C1. Je fournis les fleuristes en boutiques (70%), les fleuristes de marché et un peu la province. Notre association RFP présidée par Bernard Vigoureux compte 42 producteurs en Ile-de-France. Outre la proximité, l’intérêt d’être à Rungis, c’est de voir l’évolution du marché, de produire selon la demande en apportant une qualité et une fraîcheur de produit, de sélectionner sa clientèle, de gagner sur la marge que pourrait prendre un intermédiaire. Etre à Rungis est un sérieux avantage… ».

Claude Vion
(Gérant associé des Ets Vion - producteur de plantes à massif)

« Nous sommes producteurs de plantes à massifs à Faremoutiers (77) sur 4,5 hectares dont 20 000 m2 de serres chauffées et automatisées. Nous produisons 3,5 millions de plantes à massif / an, 10 000 pots de chrysanthèmes et des sapins de Noël. Nos clients sont les jardineries, collectivités et paysagistes. Membre de l’APHUMR, nous sommes à Rungis depuis 1969, où nous écoulons une partie de notre production. L’intérêt de Rungis, c’est une large gamme de marchandise de qualité et un potentiel de clientèle… Cependant, il y a moins de clients sur Rungis en raison d’une concurrence directe surtout étrangère. Mais, Rungis permet de rencontrer des professionnels et d’appréhender le marché. C’est un lieu important pour la distribution de nos produits… ».

Pour certains opérateurs, Rungis est une porte ouverte sur l'importation de produits de qualité et l'établissement de relations commerciales durables avec leurs fournisseurs

Claude Thiéblemont
(Président de la société SAS Ovimpex - secteur produits carnés à Rungis )

« Nous commercialisons 20 000 tonnes de bœuf et 15 000 tonnes d’agneau. Nous importons 100% de nos volumes de bœuf (Allemagne, Angleterre, Irlande, Pays-Bas, Belgique) et 80% de nos volumes d’agneau (Angleterre, Nouvelle-Zélande, Australie), les 20% restants étant d’origine française…
Avec nos fournisseurs, nous avons des engagements d’exclusivité d’approvisionnement, des sortes de contrats de confiance par lesquels ils nous fournissent l’exclusivité de leurs produits que nous valorisons auprès de nos clients.
Certains de nos fournisseurs travaillent avec nous en exclusivité depuis vingt ou trente ans et pour eux, Rungis n’a pas d’équivalent dans le monde. C’est un marché incontournable pour lequel ils fournissent une viande de qualité… ».

Des opérateurs de Rungis ont choisi de s'investir fortement en amont par la réalisation d'une joint venture importante et qualitative avec un producteur comme le groupe R&O ou encore de s'investir directement dans la réalisation de productions comme la société Sélection...

Eric Achard
(Directeur général du Groupe R&O Seafood Gastronomy - secteur Marée à Rungis)

« Les relations commerciales entre notre groupe Atlantys et le groupe OSO remontent à 1995. Entreprise aquacole et de pêche, exclusivement crevettière, OSO a obtenu la certification AB en 2006, une première mondiale, pour ses crevettes de grande qualité que nous commercialisons. Nous souhaitions nous lier avec un producteur qui a fait ses preuves en amont afin de nous apporter son expérience d’aquaculteur certifié à une période où la ressource halieutique déclinait. Notre rapprochement a débouché sur la création du Groupe R&O Seafood Gastronomy, une joint-venture de 1 200 salariés, un CA de 240 M€ et un volume de 42 000 tonnes tous produits confondus. Il nous apporte une vraie solution sur nos trois segments : le traditionnel, la restauration commerciale (toutes formes), la GMS. Notre lien avec OSO est la mise en valeur de nos compétences de distribution de produits de qualité que l’on appelle le sourcing piloté… Par ailleurs, nous distribuons plusieurs produits dont le bar et la dorade bio d’origine grecque, le saumon de France et l’huître spéciale Perle Blanche en exclusivité. Notre vocation commerciale est d’étoffer notre gamme par l’arrivée d’autres produits différenciants sous les marques OSO (produits certifiés AB ou MSC) et Reynaud (produits à haute valeur gastronomique)… ».

Cédric Gallot
(Directeur général du groupe Sélection - secteur Fruits et Légumes à Rungis. Vice-président de la CSCGFL et administrateur de la CSIFL)

« Sélection a été créée en 1970 par mon père Yves, alors mandataire à Rungis et importateur (agrumes d’Espagne et raisin d’Italie) dans les années 80. Après la création du COLEACP dont il fut administrateur, il a produit du haricot vert au Cameroun et au Burkina Faso, de l’ananas en Côte-d’Ivoire et des légumes au Maroc… A son décès en 2001, nous avons développé l’importation (ananas du Costa-Rica, mangue du Pérou et du Brésil…) après être devenus producteurs en Côte d’Ivoire (un millier d’hectares plantés). A ce jour, nous écoulons 45 000 tonnes de fruits et légumes dont 15 000 tonnes de tomates (25% française comme panéliste de Savéol), 12 000 tonnes d’ananas (60% Côte d’Ivoire, 40% Costa Rica), 5 000 tonnes de mangue (Costa Rica, Côte d’Ivoire, Sénégal), 4 000 tonnes d’haricots verts (50% Kenya, Maroc, Burkina Faso), 3 000 tonnes d’agrumes (Espagne, Portugal)... Nos volumes issus de la production française approchent les 10 000 tonnes. Notre clientèle comprend la GMS (40%), les grossistes (30%), les importateurs de l’UE (15%), le carreau (10%), la restauration (5%). En étant grossistes, importateurs et producteurs, nous avons la maîtrise sur les produits, les coûts et les clients finaux, en évitant les intermédiaires et la concurrence… Pour éviter l’emprise du marché francilien par la concurrence belge et néerlandaise, la production française et Rungis doivent se rapprocher… ».

Certains producteurs écoulent une partie de leur production sur Rungis via un circuit de panélistes et sont ainsi assurés d'une bonnemaîtrise des flux écoulés...

Joël Boyer
(Président du directoire de la société SAS Boyer)

« La société Boyer a été fondée dans les années 60 par mon père Claude, producteur de melon sous sa marque Philibon… Nous produisons 20 000 tonnes de melon sur plusieurs sites (sud-est et le sud-ouest de la France, Antilles, Maroc, Espagne). L’origine Antilles est un melon charentais jaune d’hiver, haut de gamme, expédié par avion. Avec ces différents sites, notre production est répartie sur toute l’année. Depuis les Antilles, nous avons développé une gamme de produits exotiques (ananas Victoria, litchi, fruit de la passion et mangue)…
En 1990, nous avons décidé d’ouvrir un bureau à Rungis et de travailler en direct avec douze panélistes sélectionnés pour leurs qualités... Ainsi, nous maîtrisons nos flux de production et de distribution en hausse légère sur Rungis qui n’est pas un marché de dégagement, mais un marché référent par sa qualité et son positionnement… ». dossierH créd Boyer

François Pouliquen
(Vice-président de la Coopérative Savéol )

 « La coopérative Savéol regroupe 150 producteurs du Finistère dont deux tiers font de la tomate et un tiers de la fraise (gariguette de Plousgastel). De nos 23 variétés de tomates, les fleurons sont cœur de bœuf et cœur de pigeon, la tomate grappe et la tomate ronde. Nous produisons 70 000 tonnes de tomate et 1 500 tonnes de fraise en agriculture raisonnée. Notre clientèle comprend la GMS (50%), les marchés de gros (30%) et l’export (20%, en majorité l’Allemagne). Par une segmentation parfaitement adaptée, Savéol est la première marque connue…Nous travaillons depuis 1986 avec un panel de neuf grossistes de Rungis sélectionnés. Nous écoulons 6 550 tonnes de tomate et 270 tonnes de fraise à Rungis, en progression sensible. Avec Rungis, nous sommes dans une stratégie à long terme qui s’appuie sur un partenariat solide et transparent et une communication efficace… ». Pour un nombre croissant de producteurs, la strtégie de développement passe par une installation physique sur le Marché de Rungis, avec le rachat d'enseignes performantes et bien implantées sur le Marché ou encore la création d'une nouvelle entité...

Pour un nombre croissant de producteurs, la stratégie de développement passe par une installation physique sur le Marché de Rungis, avec le rachat d'enseignes performantes et bien implantées sur le Marché ou encore la création d'une nouvelle entité...

Yves Gidoin
(Directeur général de la Coopérative Fleuron d’Anjou - Président de FDA International et de sa filiale La Renomière à Rungis - Conseiller du Commerce Extérieur de la France)

« Créée en 1962, Fleuron d’Anjou, coopérative agricole du Val de Loire opérant dans les domaines des fruits et légumes et de l’horticulture ornementale, a réalisé en 2010  un CA consolidé de 50 M€  réparti sur les deux secteurs. Elle regroupe 130 producteurs de fruits et légumes et 20 entreprises horticoles, sur mille hectares de cultures. En fruits et légumes, la gamme est large avec les primeurs, fruits rouges, asperges, légumes insolites, échalote traditionnelle,  légumes bottes, haricot, petits pois, légumes ratatouilles…  En horticulture ornementale, nous sommes les spécialistes français des plantes d’extérieur (70 millions de plantes en production).
En 2006, nous avons fait l’acquisition de la société La Renomière située sur le Marché de Rungis, une opération très positive et porteuse de projets. Rungis est un observatoire idéal, au cœur du business et dans le cadre de notre élargissement à l’export, sa dimension internationale est déterminante. Rungis est aussi une passerelle entre les différents segments de la distribution, le lieu où se ressent le mieux le métier du commerce de gros. Rungis offre de véritables opportunités pour la valorisation des productions et nous avons donc envisagé une implantation sur un point de ventes. Les marchés se complexifiant, il nous faut aborder de nouvelles voies de développement liées à la proximité et à l’innovation… ».

Jean-Philippe Landrieu
(Directeur général de Penja-Cie des Palmes - secteur horticulture à Rungis)

« Nous commercialisons une large gamme de fleurs, plantes et feuillages exotiques (1500 références) provenant de notre ferme du Cameroun (à Penja) ou d’une trentaine de pays…Au départ, j’exploitais cette production au Cameroun pour le compte d’un tiers dont une partie était écoulée chez  des  grossistes de Rungis. Mais, faute de bons résultats, j’ai alors pris un emplacement sur Rungis, pôle central et incontournable de la profession fleuriste… En 1986, j’ai rencontré Jean-Yves François et nous nous sommes associés pour développer la société Penja à Rungis (de 15 m2 à 1 200 m2 à ce jour). Devenus propriétaires de notre ferme au Cameroun (250 hectares), cela nous permet une grande liberté dans nos choix de production (variétés, quantités…), d’élargir notre gamme et de produire à la carte, sachant que 100% de cette production est écoulée chez Penja à Rungis. Nous disposons ainsi d’une plus grande réactivité et d’une plus grande autonomie… ».

Antoine Boyer
(Directeur général de la société Prodilac SNC - secteur laitier de Rungis)

« Prodilac est filiale de la Compagnie Laitière Européenne (CLE), elle-même filiale du groupe Bongrain. Notre activité repose sur la valorisation des excédents de production du groupe. Nos volumes sont de 8 500 tonnes/an (3 300 tonnes de fromage, 2 500 tonnes de lait, beurre et crème, 1 500 tonnes d’œufs en partie certifiés AB depuis 2010, 600 tonnes de pâtes pressées cuites en caves, 100 tonnes de charcuterie, 500 tonnes de boisson soda et bière…). Nos clients sont les marchés forains (45%), les grossistes de Rungis et de province (30%), la restauration commerciale et traiteurs (25%). Nos produits phares (fromages à pâte molle et pâtes pressées cuites) sont dans une croissance à deux chiffres…Bongrain est venu à Rungis via la marque Elle et Vire dont le distributeur Beurlait était à Rungis. En 2002, après le rachat de la Maison du Gruyère du groupe Entremont par Beurlait, on a créé la société Prodilac à Rungis. Il s’agissait d’un excellent débouché pour les produits d’excédent, en raison du potentiel de clientèle et la massification des ventes en un seul point (maîtrise des produits, baisse des coûts). 90% de nos ventes sont faites sur place et Rungis est l’étape incontournable en direction du commerce de proximité… ».

Rémy Pigou
(Directeur commercial d’UGPBAN - Union des Groupements de Producteurs de Bananes)

« Créée en 2003, notre organisation regroupe les planteurs de bananes de Guadeloupe et Martinique et des producteurs du Cameroun et de la République Dominicaine depuis 2008. Nous représentons 240 000 tonnes de bananes (35% du marché global français dont 70% d’origine Martinique - Guadeloupe). Pour des raisons stratégiques, nous avons repris les dix mûrisseries Fruidor de Pomona en France dont la dernière et la plus importante est celle de Rungis. L’ensemble représente un volume mûri de 180 000 tonnes, premier réseau de distribution de bananes en France. S’il avait été racheté par un concurrent, nous aurions perdu d’importantes parts de marché. Fruidor est un épisode de stratégie de développement nous permettant d’avoir accès au marché français et à la GMS. A Rungis, on compte quinze mûrisseurs traditionnels indépendants (environ 130 000 tonnes) travaillant notre origine et fournissant le plus grand bassin de consommation de banane en France. Rungis représente notre premier marché et notre première zone de distribution de produit… ». 

Nicolas Morinière
(Directeur général du Groupe Univeg Katopé France)

 « D’origine belge, le groupe Univeg est présent dans vingt-cinq pays et compte 9 500 employés permanents. Large et multiple, notre activité concerne le secteur des fruits et légumes (85% de notre CA total de 3,3 Mds€ et 20 000 ha de plantations) et couvre l’ensemble de ses métiers (production, exportation, transformation, logistique, distribution, grossiste à service complet…). Il en est de même pour les fleurs et plantes (production, expédition, importation, grossiste à service complet…). Nous sommes aussi logisticiens via la gestion complète de grandes plateformes pour le compte de grands distributeurs en Europe et spécialistes de la 4e gamme.
Après plusieurs fusions et acquisitions dont Katopé France, Univeg est devenu le premier groupe mondial (hors banane) de son secteur… Notre développement est défini sur trois marchés essentiels : la France, l’Angleterre et les Etats-Unis. Sur le marché français, il nous fallait être un acteur majeur en rachetant Katopé France, en raison de son positionnement spécifique (présent sur les marchés français et anglais et sur le marché de l’exotique, producteur en Afrique du Sud, au Costa-Rica et au Brésil…) et de sa place à Rungis. Pour être fort sur le marché français, il faut être fort à Rungis. Aussi, investissons-nous dans une plateforme logistique moderne de 10 000 m2 sur la zone Eurodelta de Rungis car nous sommes à Rungis pour développer notre stratégie… ».

Francis Duriez

retour à la liste des enquêtes