Accueil » Corporate »  Rungis et le développement durable >> Rungis et l'aide alimentaire
Rungis et L'aide alimentaire

Rungis soutient les plus démunis

Aide alimentaireLes invendus en fruits et légumes sont récupérés et triés pour alimenter des associations chargées de l'aide alimentaire. L’ANDES (Association Nationale du Développement des Epiceries Sociales) occupe sur le M.I.N un entrepôt de 900 m² où sont collectés et triés les surplus, offrant une meilleure diversité alimentaire à leurs bénéficiaires qui n’avaient plus accès à certains produits frais faute de moyens. Ce projet permet par ailleurs la réinsertion de 14 personnes éloignées du Marché de l’emploi.

C’est au premier semestre 2007 que l’ANDES a réalisé une étude de faisabilité, étude confiée par la Direction Générale de l’Action Sociale (DGAS), sur la valorisation des fruits et légumes invendus mais encore consommables sur le Marché d’Intérêt National de Rungis.

La volonté de la part de la DGAS de réaliser une étude sur la récupération de fruits et légumes issus du M.I.N. de Rungis part d’un constat simple. D’un côté, le Plan National Nutrition Santé 2, mis en place en 2006, désigne comme population cible les personnes en situation de précarité et d’exclusion. L’une des premières tâches de la mise en œuvre de ce plan consiste à augmenter la mise à disposition de fruits et de légumes en direction des plus démunis. De l’autre côté, plusieurs tonnes de fruits et légumes parfaitement consommables sont détruites ou transformées en compost chaque jour sur le M.I.N. de Rungis parce que non vendables par les grossistes. L’objet de l’étude consistait à faire le lien entre les personnes bénéficiant de l’aide alimentaire et le surplus de fruits et légumes du MIN de Rungis. L’étude a été rendue au mois de Juillet 2007 auprès de la DGAS. C’est suite aux résultats concluants de l’étude que l’Etat, au mois de Décembre, a officiellement confié à l’ANDES la mise en place du projet. Ce projet appelé « projet Rungis » est opérationnel depuis 14 Avril 2008. Il a été inauguré par Mr Michel Barnier, ministre de l’agriculture et Mme Christine Boutin, ministre du logement et de la Ville.

 

Le « projet Rungis »

Aide alimentaireLa mise en place de ce projet permet de distribuer tous les jours, 5 tonnes de fruits et légumes auprès de l’ensemble des structures en charge de l’aide alimentaire en Ile de France. Sur ces 5 tonnes de fruits et légumes, une partie est récupérée après avoir effectué un tri et le reste est acheté directement auprès des grossistes du MIN afin de pallier les fluctuations du MIN en assurant une stabilité des quantités et des variétés de produits proposés.

Pour réaliser ce projet, l’ANDES a mis en place un atelier chantier d’insertion (ACI). Les ACI ont pour objectif de remobiliser ou de redynamiser les personnes éloignés du monde de l’emploi par la mise en situation de travail : 14 salariés en insertion et 3 permanents travaillent sur ce chantier.
Les salariés en insertion trient, reconditionnent, préparent les commandes et livrent les structures partenaires sur toute la région Ile-de-France.

L’objectif de ce projet est donc double : augmenter la quantité et améliorer la qualité des fruits et légumes distribués auprès des structures d’aide alimentaire d’Ile de France. En plus de cet objectif de santé publique, le projet intègre un volet d’insertion sociale et professionnelle, par la création d’un atelier chantier d’insertion.

 

Un projet innovant

Ce projet de Rungis souligne :

  • la livraison de produits frais de qualité à moindre coût,
  • la volonté de transparence du système d’approvisionnement de l’aide alimentaire en France,
  • la lutte contre le gaspillage par la valorisation de fruits et légumes encore parfaitement consommables,
  • la mise en place d’une traçabilité complète du producteur jusqu’au consommateur final,
  • la mutualisation des moyens et le caractère solidaire du projet puisqu’en plus des Epiceries Sociales et Solidaires, ce sont l’ensemble des structures chargées de l’aide alimentaire qui pourront bénéficier de fruits et légumes,
  • le caractère social du projet avec la réinsertion par l’activité économique de personnes en situation de précarité

 

 

A lire également