Accueil » Corporate »  Rungis et le développement durable >> Le recyclage
Rungis Le recyclage

Le centre de tri "Point Emballages"

Le point E est une installation classée pour la protection de l’environnement : centre de tri et de recyclage des emballages du M.I.N. dont l’activité est strictement réglementée par arrêté préfectoral N°2008/2249 en date du 3 juin 2008 définissant la nature des dépots autorisés, ainsi que les différentes prescriptions à respecter concernant les aspects air, eau et sécurité.

Ne sont acceptés que les Emballages débarrassés de toutes matières fermentes cibles d’origine animale, alimentaire ou végétale.

Seuls les emballages prétriés (bois, cartons, plastiques) issus de marchandises achetées sur le marché de Rungis sont autorisés.

L’exploitant sur site a en charge l’accueil des usagers, le contrôle des apports, le tri et le conditionnement des emballages déposés. Il est garant du bon fonctionnement du site et responsable de celui-ci devant les administrations.

Les produits acceptés au "point E" sont des emballages usagés constitués exclusivement de palettes, cagettes de bois à déposer sous l’auvent coté gauche en entrant, les emballages cartons et plastiques sous l’auvent abritant la chaîne de tri sur la droite.

Bilan d’activité du Point Emballages

Sur les 30.000 tonnes d’emballages déposées au "point E", 8 800 tonnes se composent de carton type A5 (ondulé non krafté dit "paille"). Ces cartons repartent en papeterie où ils seront pulpés, désencrés puis transformés en pâte à papier pour produire de nouveaux emballages notamment.

Les palettes de couleur bleue et rouge sont restituées à leurs propriétaires respectifs et les autres repartent dans le circuit si elles sont encore en bon état ou encore réparables (2 000 tonnes). Dans le cas contraire, elles sont broyées avec les racks bois et cagettes cassées et recyclées en panneaux de particules (agglomérés) ou valorisées dans les chaufferies industrielles, pour un volume d’environ 6 000 tonnes.

La récupération des cagettes est une activité principalement saisonnière répondant à la demande des besoins locaux, seules les cagettes en bon état et non sérigraphiées sont récupérées, d’où des tonnages faibles (120 tonnes).

Le plastique collecté pour être revalorisé est constitué principalement de housses étirables propres et de cagettes plastiques usagées ; elles sont mises en balles (144 tonnes) et serviront à refaire de nouveaux produits plastiques (piquets, barrières, bacs poubelles, fibres pour vêtements...). Les tonnages revalorisés restent faibles par rapport au gisement potentiel.

Les refus de tri sont de l’ordre de 13 000 tonnes par an : ils sont constitués majoritairement de cartons, de plastiques souillés, de résidus alimentaires, d’emballages multi-matériaux non valorisables et de sur-emballages.

Les dépôts de déchets non-conformes sont en nette diminution, plusieurs opérations de sensibilisation ayant été lancées par la SEMMARIS à partir de septembre 2007. Les objectifs à court terme sont d’améliorer le taux de valorisation obtenu et de le faire passer de 56 % à plus de 63 % par an.

Filière de traitement des déchets

  Valorisation énergétique (chauffage) 56%
  Déchets ultimes 2%
  Recyclage 29%
  Réutilisation 6%
  Valorisation agronomique (biogaz) 7%