Accueil » Clients Fournisseurs »  Les secteurs d'Activité >> Secteur Horticulture et Décoration
Secteur Horticulture
et décoration

Les fleurs coupées ont profité d’un redressement de leurs arrivages. Même si les plantes en pot et les produits de décoration n’ont fait que maintenir leur activité, le secteur se rapproche d’un point d’équilibre avant que sa restructuration ne lui donne un nouveau dynamisme.

Chiffres clés du secteur Horticulture

Arrivages 2014 Variation 2014 /2013
Fleurs coupées (1) 197 176 +5,9%
Feuillages (2) 8 658 -8,3 %
Plantes en pot (3) 19 312 +24,9%

(1) : en milliers de tiges
(1) : en milliers de bottes
(3) : en milliers de pots

Nombre d’entreprises Chiffre d’affaires 2012 Estimation variation CA 2012/2011 Effectifs
Grossistes 56 175 705 -5,3% 316
... en plantes 11      
... en fleurs coupées, feuillages 45      
Producteurs 80 19 112 -26,5% 80
Courtiers ... 2 3 357 +0,9% 6
Total Horticulture 138 198 174   402

Chiffres au 31/12/2013

Rapport d'activités Horticulture Décoration 2014

Qui Fait Quoi Horticulture Décoration 2014


Produits laitiers et traiteurs













Créateurs d'ambiance

Politique environnementaleEntre l’avenue des maraîchers et celle de la Villette, le secteur de l’horticulture annonce la couleur….Celle de la verdure et des beaux jours. Fleurs coupées et plantes en pots, arbres, arbustes et même bonzaïs, le choix proposé par le secteur permet tous les agencements.


Politique environnementaleLe secteur de l’horticulture et de la décoration comprend :

  • 1 pavillon climatisé pour les fleurs coupées (22 000 m²)
  • 6 bâtiments chauffés pour les fleurs en pot
  • 5 bâtiments accessoiristes

Le secteur de la décoration comprend :

  • 30 000 m² de surface de vente
  • 80 000 articles pour créer des décors : du mobilier en bois et en métal de styles différents ; des objets de décoration et des accessoires ; des vases, bibelots, poteries, vanneries, bougies, voilages, nappes ; des fleurs artificielles ou séchées et toutes les décorations de Noël…

Politique environnementaleCôté matériel, emballages et arts de la table :

  • Les arts de la table : verrerie et vaisselle
  • Des accessoires pour métiers de bouche : marmites, casseroles, ustensiles, etc.
  • Du petit et du gros matériel : tables de cuisson, fours, etc.
  • Des fournitures de bureau et de l’outillage
  • Des emballages

Des fleurs et des plantes par milliers

Politique environnementalePour jouer avec les saisons Printemps/Eté, Automne/Hiver… tables et terrasses sont fleuries au fil des saisons.

Printemps Été

Plantes vertes • Bégonias • Dalhias • Géraniums • Hortensias • Impatiens de Nouvelle Guinée • Rosiers • Anémones • Renoncules • Delphiniums • Suspensions diverses de plantes retombantes…

Automne Hiver

Azalées • Amaryllis • Bruyères • Cyclamens • Poinsettias • Pâquerettes • Camélias • Rosiers • Crocus • Tulipes • Narcisses • Pensées • Orangers et citronniers • Oliviers • Lauriers…

Pour la déco, les plantes en pots

Arums • Alstromerias •Bégonias • Dalhias • Dipladénias • Géraniums • Gerberas • Hortensias • Plantes vertes • Rosiers • Suspensions…

Pour les bouquets, les fleurs coupées

Au fil des saisons, on trouve toutes les fleurs coupées au pavillon de l’horticulture. Roses • Tulipes • Lys • Oeillets • Anémones • Glaïeuls • Poinsettias • Pois de senteur • Lilas • Mimosas. Et tous les feuillages décoratifs !

 

Les contraintes qui affectent la consommation des ménages pèsent particulièrement sur les ventes de produits horticoles. Pourtant, ce secteur a fait mieux que résister à la conjoncture en 2014 sur Rungis. La seconde édition de l’opération Rungis Sensations qui s’est déroulée au mois d’octobre a d’ailleurs témoigné de la cohésion de ses opérateurs pour fédérer des actions de dynamisation des ventes.
En décoration, l’activité se maintient désormais, après plusieurs années de développement.

 

REPRISE POUR LES FLEURS COUPÉES

Portées par des conditions climatiques favorables à la production, les fleurs coupées ont, pour leur part, connu une progression remarquable de leur activité : +5,9 %, à plus de 197 millions de tiges. Avec plus de 4,7 millions de tiges supplémentaires, les roses sont les grandes gagnantes de l’année 2014 et représentent, avec 72,3 millions de tiges, près de 37 % des arrivages de fleurs coupées. Mais l’offre s’est élargie au profit de l’essor d’autres variétés. À noter également une forte progression des oeillets, +8,8 % à plus de 5 millions de tiges, ainsi qu’une forte baisse des anémones, à 4,7 millions de tiges, soit 2 millions de moins qu’en 2013. Enfin, les chrysanthèmes, en diminution structurelle depuis de nombreuses années, se stabilisent aux alentours des 5 millions de tiges. Dans ce contexte, le sous-secteur semble se rapprocher de son point d’équilibre, après plusieurs exercices difficiles.
S’il a subi quelques défaillances ou fin d’activité d’entreprises, il a accueilli un nouveau producteur ainsi que le regroupement de quatre autres dans un GIE.
Inversement, les plantes en pot ont connu une année 2014 en demi-teinte. La clémence de l’hiver n’a pas encouragé les replantations de printemps. Sans les plants maraîchers, désormais intégrés aux statistiques d’arrivages, les ventes seraient restées stables, à un peu moins de 15,5 millions de pots. En réalité, la progression forte des plantes à massif (+9 % à 6,6 millions de pots) a permis de compenser les diminutions des autres catégories, et notamment des plantes fleuries, en baisse de 4 % à 6,4 millions de pots. Toutefois, le sous-secteur a bien terminé l’année grâce à une campagne sapins satisfaisante, avec une hausse des arrivages supérieure à 2 %. En la matière, la mise en place d’une tarification forfaitaire par la SEMMARIS pour les livraisons de sapins a contribué à fluidifier le trafic.
Ajoutons que l’effectif grossiste de ce sous-secteur s’est stabilisé, même si quelques arrêts d’activité, ainsi qu’un nouvel adhérent, ont été constatés côté producteurs.


UN SECTEUR EN RÉORGANISATION

Enfin, le secteur dans son ensemble a été déclaré en restructuration à la fin de l’année 2014. Une première phase avait déjà été entamée avec le déplacement de certains producteurs de fleurs coupées dans le bâtiment C1. Objectif : concentrer l’offre pour doper l’activité du pavillon et libérer des espaces dans d’anciens bâtiments. Suivra l’instauration, toujours dans le bâtiment C1, d’une zone dédiée aux producteurs de plantes en pot sur une surface de 3 000 mètres carrés, de sorte que toute l’offre des producteurs figurera désormais dans ce pavillon.
Ces mouvements sont des préalables nécessaires à la réflexion qui sera menée sur le devenir de ce dernier.