Accueil » Clients Fournisseurs »  Les secteurs d'Activité >> Secteur Produits de la Mer
Secteur Produits de la Mer

Subissant la raréfaction de la ressource et le niveau élevé des prix qui en est, pour partie, la conséquence, les ventes de poissons, de coquillages ou de crustacés marquent sérieusement le pas. Rungis est parvenu à en limiter les effets pour ses espèces phares.

Chiffres clés du secteur Produits de la Mer

Arrivages 2015 (tonnes) Variation 2015 /2014
Produits de la mer et d'eau douce (brut) 97 539 -1,2%
dont Pavillon A4 54 817 -2%
Autre entrepôts 42 722 -0,4%

 

Nombre d’entreprises Chiffre d’affaires 2014 (K€) Estimation variation CA 2014/2013 Effectifs
Grossistes 34 702 848 (K€) +2,1% 781
Courtiers et sociétés d’import-export 14 198 200 (K€) +2,6% 78
Ensemble produits de la mer et d'eau douce 48 901 048 (K€)   859

Chiffres au 31/12/2014

Rapport d'activités Produits de la Mer 2015

Qui Fait Quoi Produits de la Mer 2016

Politique d'investissements

 

 

Politique environnementaleAvec près de 98 000 tonnes de poissons et crustacés commercialisées par an, le secteur de la marée de Rungis est l’un des plus importants ports de France en terme de volume.

Le secteur de la marée comprend :

  • 1 pavillon principal de vente : le A4
  • 1 bâtiment dédié à la vente d'accessoires
  • 3 entrepôts
  • 1 tour à glace

Le pavillon de la marée du 21ème siècle

Politique environnementaleInauguré en 2004, le Pavillon de la Marée est le phare du Marché de Rungis et une référence mondiale tant pour ses infrastructures que pour la qualité et la diversité de ses produits. Des technologies innovantes ont été utilisées pour l’hygiène, la sécurité et le respect de la chaîne du froid.

Gros plan sur ...LE PAVILLON A4

  • Déchargement « sous froid » pour que la glace ne fonde pas avant l’entrée dans la zone de vente.
  • Systèmes de refroidissement et de traitement de l’air jumelés : le froid est « stratifié » du sol jusqu’à 5m de hauteur.
  • Matériaux innovants : résine spéciale au sol et murs laqués pour faciliter le nettoyage quotidien, lavabos dans les poteaux avec eau instantanée à 30° et giclée de savon bactéricide pour permettre aux acheteurs de toucher les produits sans risque de contamination.
  • Système anti-incendie performant : nouveau matériau pour les parois des magasins (mousse de verre isolante + coupe-feu), zones compartimentées et système de détection pour prévenir et éviter une propagation du feu.

Le pavillon A4 en chiffres

  • 56 000 m2 de surface Politique environnementale
  • 14 000 m2 de zone commerciale maintenue à 10°c
  • 300 000 m3 en volume
  • 245 m de long, 90 m de large et 14 m de haut
  • 9 000 m2 de quais (29 portes)

Une offre de produits exceptionnelle

  • Marée fine
  • Poissons bleus et poissons tropicaux
  • Coquillages, crustacés, huîtres
  • Poissons d’eau douce
  • Produits préparés et traiteur
  • Poissons fumés et poissons congelés




Idées et gain de temps

Objectif des services proposés aux acheteurs : faire gagner du temps et faciliter la vie aux acheteurs et tout particulièrement aux restaurateurs. Dans les ateliers de filetage, les filets sont retirés, préparés et calibrés. Certains chefs demandent des grammages spéciaux. Ainsi, on leur livre la marchandise ou ils partent avec des produits prêts à être cuisinés.


Fraîcheur, fraîcheur !


24h chrono entre le débarquement de la pêche au port, l’arrivée à Rungis et la mise en place sur l’étal du poissonnier ou dans la cuisine du chef d’un restaurant ! Le poisson le plus frais de France est à Rungis.

RUNGIS FAIT MIEUX QUE L'HEXAGONE
Avec une baisse de 1,2 % à 97 500 tonnes, le secteur des produits de la mer et d'eau douce a relativement bien tenu ses volumes en 2015 sur Rungis. En effet, les achats des ménages ont régressé de 2 % en volume sur l'ensemble de la France, avec des prix en hausse de 2,7 % alors que le contexte alimentaire général était plutôt déflationniste. Sur Rungis, les poissons blancs ont été bien orientés (+ 5,4 %) de même que les poissons bleus (+ 2,3 %) alors que les arrivages de poissons
fins (bars, dorades…) ont baissé de 2,1 %. Le saumon, première espèce du pavillon (13 % de ses volumes) est resté stable, même si les transferts entre poissons entiers et poissons découpés ou filetés semblent se poursuivre, comme en cabillaud. Enfin, les crustacés ont gagné 6,2 % tandis que les coquillages ont perdu 7 %.

DES MUTATIONS À VENIR
Le secteur doit faire face à une situation complexe, tant au niveau de ses ressources que des circuits
de commercialisation. De ce fait, la présence et les comportements des acheteurs évoluent rapidement sur Rungis, en sorte que la SEMMARIS sera amenée à étudier avec les opérateurs les manières de rendre plus attractif et fonctionnel le pavillon 4A, au demeurant intégralement occupé. 2016 sera une année de réflexion et de rencontres pour préparer cette mutation dans le cadre du programme « Rungis 2025 ». En attendant, le secteur se tourne également vers des démarches
d'approvisionnement durable, en termes d'espèces notamment, et la SEMMARIS a entamé une étude, avec SeaWeb Europe, pour accompagner les acteurs de la filière sur Rungis.