Accueil » Clients Fournisseurs »  En direct de la production francilienne >> Portraits de producteurs
Portrait de Producteur
Claire Donnez

Claire Donnez

Dirigeante de Labelterre, société reconnue du négoce de la pomme de terre, Claire Donnez participe activement à la valorisation du fameux tubercule...

« La pomme de terre nécessite une production de qualité »

Chiffres clés

Personnel :
15 employés
Volumes :
12 000 tonnes/an
Clientle :
40% grossistes, 40% export, 15% GMS, 5% divers (industries)

Comment avez-vous débuté dans ce métier ?

Fille et petite-fille d’exploitants agricoles, producteurs de pomme de terre, j’ai créé la société Labelterre en 2000. Cogérée par mon père et son associé, elle concerne le lavage le conditionnement et le négoce de la pomme de terre. Elle est installée à Champien (80) en Picardie, dans le Santerre, une zone riche et très productive. Mon grand-père a été l’un des premiers agriculteurs de la région à utiliser un « banc couseur » servant à la mise en sac des pommes de terre en 1970. Mon père, Guy Donnez, a repris l’exploitation (300 hectares) en 1975. Il est associé dans cette production à M. Bertrand Magnier dont l’exploitation est équivalente à celle de mes parents. Un volume annuel de 12 000 tonnes est totalement commercialisé par Labelterre dont j’ai en charge la partie commerciale, la comptabilité, le recrutement du personnel, le management et l’organisation du travail...

Comment a évolué l'entreprise  ?

Au départ, nous écoulions 8 000 tonnes de pomme de terre. Puis, nous avons mis en place une ligne de conditionnement et de lavage pour répondre à la demande de nos clients : grossistes, GMS, clientèle étrangère. Par la suite, nous avons mis en place une seconde ligne de conditionnement et de lavage pour faire face à une demande importante à l’export mais également de la GMS, des dix grossistes de Rungis et des autres MIN de France (Lomme, Lyon, Rouen...) à raison d’un grossiste par MIN. Nous sommes présents dans plusieurs pays de l’U.E. comme l’Espagne, l’Italie, la Grèce et la Grande-Bretagne. J’ai développé le marché espagnol suivant un schéma simple : une ville, un grossiste... Avec dix clients à Rungis dont un client par pavillon, on évite la concurrence entre clients. On fournit également l’industrie agroalimentaire (3% à 4%).

Quelles sont les variétés commercialisées ?

Aujourd’hui, Labelterre commercialise 12 000 tonnes de pomme de terre par an. Il s’agit à 80% de pomme de terre lavée. Nous produisons une vingtaine de variétés comprenant des variétés à chair ferme très demandées comme Charlotte, Amandine, Franceline, Marylin, Galante, Vitelotte, Ratte... et des variétés de consommation comme Monalisa, Agata, Liseta, Cyrano, Pomefine... à chair jaune ou blanche, pour la purée, les frites ou les potages. Il y a également des calibres particulièrement demandés comme les grenailles (28/35), en particulier pour le marché anglais. Les variétés Marylin et Galante sont d’excellente qualité.

La première est extra au niveau gustatif et la seconde dure dans le temps. D'autre part, nous allons très bientôt remplacer la variété Monalisa par la variété Oriana. Aujourd'hui, la totalité de nos volumes est en caisse " Palox " (1,25 tonnes, en bois) sous température dirigée, avec des contrôles réguliers chaque mois. De fait, nous n'avons plus du tout de stockage en vrac. .

Quelle est votre stratégie de développement ?

Notre stratégie de développement consiste à répondre au mieux à la demande de plus en plus exigeante de la clientèle, avec un produit de qualité et un niveau de prix correspondant au marché. Il nous faut optimiser notre production par une plus grande rapidité d’exécution en modernisant notre outil de travail, avec la mise en place de machines plus performantes afin d’obtenir un produit plus attrayant
D’autre part, nous étudions la création d’un partenariat avec des producteurs proches de l’entreprise pour garantir des volumes conséquents à nos clients. Par ailleurs, le « bio » est une base de développement pour notre entreprise que nous allons mettre en place pour la campagne suivante.
Déjà certifié « Eurepgap », nous avons également élaboré un service qualité au sein de l’entreprise qui comprend un laboratoire pour tester les conditionnements, une fois le produit fini.

Comment analysez-vous le marché de la pomme de terre ?

C’est un marché difficile, en particulier au niveau de la PAC. Les productions de blé et de betteraves ont baissé et on assiste à l’émergence de nouveaux producteurs de pomme de terre qui dérégulent le marché. D’autre part, la pomme de terre est un produit sensible aux aléas climatiques et les marchés en dépendent au niveau national comme européen.
Plutôt que d’augmenter nos volumes de production, nous avons privilégié la traçabilité de nos produits, une meilleure écoute de nos clients dans le choix des variétés et une plus grande segmentation. La pomme de terre nécessite une production de qualité et à chaque type de pomme de terre doit correspondre un type de clientèle. Depuis des années, nous menons un travail de valorisation du produit au niveau gustatif plutôt qu’au niveau visuel, mais le consommateur a encore du mal à le comprendre...

Que pensez-vous du Marché de Rungis ?

Rungis est l’intermédiaire idéal pour connaître l’avis du consommateur final et définir les qualités culinaires des différentes variétés. Les remontées d’information sont de plus en plus précises. C’est une chance de travailler avec Rungis qui est une grande vitrine et une carte de visite incomparable. Cependant, on remarque une certaine diminution du nombre des acheteurs...

Parcours

Née à Amiens (80), Claire Donnez (31 ans) est diplômée de l’ISAM (Institut supérieur des affaires et du management) d’Amiens et de « Sup de Co » Amiens. Encore étudiante, elle a préparé son projet d’entreprise, la création de la société Labelterre qui a vu le jour en 2000.

retour à la liste des portraits