Accueil » Clients Fournisseurs »  En direct de la production francilienne >> Portraits de producteurs
Profil de Producteur

Philippe DelinCrédit photo : Le Raguet

Kamal Mokhtari

Eleveur - producteur volailler, Kamal Mokhtari développe avec passion et savoir faire, une production haut de gamme…

"A l'image de leur terroir, les volailles fermières du Sud - Ouest sont un produit de grande qualité… "

Chiffres clés

Société :
Sarl Le Raguet
Le Raguet
40120 LENCOUACQ
Tel : 05 58 45 35 50
Fax : 05 58 45 32 23
mail : kamal.mokhtari@orange.fr
Personnel :
10 employés et 10 éleveurs
Production :
300 000 volailles/an
Références :
10
Clientèle :
grossistes volaillers (70%), bouchers détaillants (15%), particuliers (10%), GMS (5%)
C.A :
2,5 M€

A quand remonte l'exploitation ?

Créée en 1990 dans les Landes, l’exploitation compte 15 hectares de maïs et 20 hectares d’espace forestier. Mes parents y faisaient notamment l’élevage de volailles qu’ils vendaient sur les marchés, en particulier à Bordeaux. En fait, c’est ma mère, Arkia, qui est au démarrage de l’élevage de volailles. A cette époque, elle produisait quelque 400 volailles par semaine qu’elle vendait à la fois vivantes ou abattues sur les marchés. Elle les achetait à des éleveurs à douze semaines et les revendait à quinze semaines, après engraissement au maïs de l’exploitation…

Comment travaillez-vous ?

Après plusieurs années passées dans un autre domaine d’activité, j’ai repris l’exploitation familiale en 2004, avec le départ à la retraite de mes parents. J’ai développé l’élevage, l’abattage et la commercialisation de volailles fermières, en passant de 400 volailles / semaine du temps de mes parents à environ 6 000 volailles actuellement, soit 300 000 volailles par an. Quand je suis arrivé, j’ai décidé de monter un abattoir, étant donné que n’avions plus le droit de vendre de volaille vivante à cette époque, en raison de la grippe aviaire. Aujourd’hui, je reçois les volailles fermières entre quatorze et quinze semaines qui me sont fournies par la quarantaine d’éleveurs - accouveurs qui travaillent régulièrement avec moi et qui sont tenus de respecter le cahier des charges relatif aux volailles fermières Label Rouge. Les animaux sont élevés en plein air l’été sur parcours herbeux, nourris au maïs grain entier avec compléments de minéraux et vitamines, et abattus à 100 jours minimum, mais souvent dix jours de plus pour obtenir une chair ferme et de belle qualité. Le maïs que je produis est destiné à mes éleveurs car j’élève de moins en moins de volailles sur l’exploitation comme je le faisais auparavant afin de pouvoir répondre à la demande de la clientèle et je fais de plus en plus d’abattage direct. Nous sommes sur un développement compris entre 20% et 30% par an.

Quelle est votre production ?

Ma production représente 70% de poulet (race JA cou nu jaune et JA à pattes noires), 10% de pintade (race Essor à pattes noires de souche lourde), 20% de volaille festive (chapon, pintade chaponnée, pintadeau mâle, canette…) et du coq en saison. Il s'agit de volaille fermière Label Rouge du Sud - Ouest, reconnue pour la fermeté de sa chair, ses qualités gustatives et organoleptiques, sa tenue à la cuisson. A l'image de leur terroir, les volailles fermières du Sud - Ouest sont un produit de grande qualité…

Notre abattoir fait un peu plus de 1 200 m2 et comporte notamment, une chaîne d'abattage à éviscération manuelle, deux salles de ressuyage, une salle de découpe, des frigos, une salle de conditionnement, une salle de repos, un quai de déchargements de vifs, un quai de chargement d'expédition, des bureaux….

Comment envisagez-vous votre développement ?

Aujourd’hui, on s’aperçoit que la consommation de volaille est en progression et qu’il y a une vraie demande pour la volaille de qualité, la volaille labellisée et qui répond à une traçabilité. Le consommateur est prêt à mettre un peu plus cher dès lors que le produit est excellent et élaboré dans les meilleures conditions. Mais, il est aussi à la recherche de diversité et de segmentation de gamme. Pour cette raison, nous sommes en train de créer un atelier de découpes qui sera opérationnel très prochainement pour répondre à la demande de nos différents clients et valoriser toutes les volailles au sein de l’abattoir…

CQue pensez-vous du Marché de Rungis ?

Je fournis le Marché de Rungis depuis plus de cinq ans et il compte pour 40% de mes volumes dont 7 000 volailles festives. J’en suis d’autant plus satisfait que les opérateurs de Rungis sont des professionnels avertis qui valorisent parfaitement mes produits et qui m’assurent un volume quotidien conséquent. Le Marché de Rungis a largement participé au développement de mon entreprise. Il est pour moi un réel débouché et un vrai  partenariat s’est établi avec les professionnels que je sers…



Parcours

Né à Mont-de-Marsan (40) dans une famille d’agriculteurs - éleveurs de volailles, Kamal Mokhtari (31 ans) a repris l’exploitation familiale en 2004, en raison du départ à la retraite de ses parents. Engagé dans une production de volailles haut de gamme, il a agrandi et modernisé son exploitation pour y dynamiser ses ventes…


retour à la liste des portraits