Accueil » Clients Fournisseurs »  En direct de la production francilienne >> Portraits de producteurs
Portrait de Producteur

Dominique et Jean-Marc Gaillard

Arboriculteurs aux Alluets Le Roi (78), Dominique et Jean-Marc Gaillard valorisent l’image de l’Ile de France par une production de fruits de grande qualité...

“Il faut produire ce que l’on sait vendre... ”

Chiffres clés

Superficie :
34,18 hectares
Personnel :
6 permanents et 30 saisonniers (soit 6 saisonniers équivalent temps plein)
Produits phares :
en volume : poires (environ 200 t), pommes (150 t), framboises (30 t)… en valeur : fraise (35% du CA), framboise (25% du CA), pommes (20% du CA)
Marchés :
Rungis (30%), GMS (30%), direct métiers de bouche (40%)

Quelle est l’origine de votre exploitation ?

Située sur un territoire historiquement fruitier et riche par son sol (limoneux/argileux), l’exploitation a été créée en 1964 par notre père, René, producteur spécialisé en fruits rouges dont nous avons pris la succession en 1999. Elle est passée du statut de société en nom propre à celui d’EARL (exploitation agricole à responsabilité limitée) et dénommée pour l’occasion « Maison Gaillard ». Nous sommes dans le prolongement de ce que nos parents ont fait. Jusqu’en 1999, nous étions tous deux déjà salariés dans l’entreprise paternelle.

Que produisez-vous ?

Nous sélectionnons des variétés à haute valeur gustative. Nous ne nous positionnons pas sur des variétés produites par d’autres pays européens comme l’Espagne ou le Portugal ou encore le Maroc qui arrivent à produire des fruits à des prix défiant toute concurrence. Nous avons pris le parti de produire des fruits de très belle qualité et nous pratiquons l’agriculture raisonnée. Sur notre exploitation de 34,18 ha, nous produisons des pommes et poires sur plus de la moitié de la superficie, soit 13,60 ha en poires et 5,50 ha en pommes. Le reste se répartit ainsi : 6,83 ha en framboise, 1,10 ha en fraise, 0,50 ha en mûre, 0,40 ha en prunier, 0,15 ha en cerisier, 0,10 ares en groseillier… Il reste environ 5,50 ha de l’exploitation, en attente de replantation…

Quelles sont les variétés travaillées ?

En poires, nous travaillons quatre belles variétés qui sont la Williams, la Louise-bonne, la Conférence et la Comice, la plus produite. Il s’agit de la production la plus importante en volume. La poire est un produit fragile mais la difficulté est surtout d’ordre concurrentiel avec la Hollande, la Belgique… qui nous pénalisent beaucoup. Face à cette exigence du marché, nous avons un défi à relever qui est la culture de l’immédiat, le « mûr à point ». D’autre part, un même verger peut fluctuer de façon importante en volume, d’une année sur l’autre. Pour limiter cette fluctuation, on a réalisé des analyses de sol permettant d’optimiser les apports nutritifs. Pour les pommes, ce sont onze variétés de qualité :Jubilé, Chantecler, Elstar, Gala, Golden, Jonagored, Breaburn, Cox orange, Canada, Boskoop et Canada gris… Cela permet d’avoir une offre bien étalée dans le temps. Les plus commercialisées sont Golden et Gala. Notre principal débouché pour la pomme est la GMS. Nous produisons aussi la « pomme marquée » qui demande un vrai savoir-faire et véhicule une excellente image de notre savoir-faire… La production de fruits rouges est importante. Il y a la framboise avec les variétés Meeker, la reine des framboises, Polka et Héritage. La fraise tourne autour de cinq variétés : Fraise des bois, Charlotte, Mara des bois, Gariguette et Manille. Depuis deux ans, on développe ces variétés sur des plantations en terreau et sous abri. Enfin, nous produisons la mûre et la groseille (var. Junifer et Rovada) .

Quel est l’avenir de l’exploitation ?

La fraise peut être un axe de développement et nous allons augmenter sa production. En poire, on est à l’écoute du marché et on envisage éventuellement de baisser la production. Concernant la pomme, on souhaite planter la variété « reine des reinettes » qui connaît une demande conséquente. D’ailleurs, nous faisons découvrir de nouvelles variétés à nos clients comme chantecler. Notre objectif est de produire chaque année 20 à 25 tonnes/ha de chaque variété. De toute façon, nous essayons d’adapter la production à la demande et à des prix raisonnables. Nous nous intéressons au développement des associations de consommateurs (AMAP) et à Internet par le biais d’une jeune société de vente. Nous envisageons de nous rapprocher le plus possible du consommateur final. Le développement à terme de l’entreprise est de sélectionner davantage pour être sur des marchés porteurs. Il faut produire ce que l’on sait vendre.

Quel est votre réflexion sur le Marché de Rungis ?

Le Marché de Rungis reste important et indispensable pour nous, mais il n’est plus le seul objectif pour nous. Au cours des dix ans écoulés, notre chiffre d’affaires à Rungis est passé de 90% à 30%. On ne fournit surtout la poire (110 tonnes/an), voire un peu de fraise et framboise. Rungis reste un marché de valorisation pour les produits niche…

 

Parcours

Dominique Gaillard (46 ans) est licencié en mathématiques et titulaire d’une maîtrise en informatique appliquée à la gestion. Après avoir exercé une dizaine d’années dans le domaine informatique, il décide de revenir sur l’exploitation familiale en 1996. Après le départ à la retraite de leur père, les deux frères reprennent l’exploitation. Si ces derniers se partagent l’ensemble des taches de l’entreprise, Dominique est davantage chargé de la partie administrative. Titulaire d’un BTS action commerciale, Jean-Marc Gaillard (38 ans) possède la compétence « terrain » pour être entré dans l’entreprise plusieurs années avant son frère.

retour à la liste des portraits