Affaires Publiques

De la protection de son patrimoine, matériel comme immatériel, à ses actions régionales et internationales, la SEMMARIS prépare l’avenir. Du juridique à l’ingénierie, elle pose les bases d’aménagements futurs pour les nouveaux développements commerciaux du Marché et de ses opérateurs.

Chiffres clés 2016

2023

sera l’année d’ouverture du Métro 14 sur le Marché

180 Hectares

pour le projet de Marché de gros de Moscou

20

actions en contentieux pour protéger la marque

Retour sur les projets 2016

Immobilier

 

Dans la perspective du prolongement du métro parisien et de la création de la Cité de la gastronomie – voire de la tenue des Jeux Olympiques en 2024 ou de celle de l’Exposition Universelle en 2025 – , il devenait nécessaire de régulariser les situations de fait qui se sont installées au cours des années entre les différents occupants des territoires qui jouxtent le Marché de Rungis.

Par ailleurs, afin de dégager de nouveaux potentiels de développement, la SEMMARIS travaille sur le potentiel de l’extension du Marché sur une trentaine d’hectares dans ses zones périphériques. Cette opération d’aménagement permettrait de compléter l’offre de Rungis, notamment dans les domaines du conditionnement et de la logistique. Enfin, la SEMMARIS veille au respect de son périmètre de référence qui interdit toute activité de commerce de gros de produits alimentaires frais à moins de 50 kilomètres de Rungis.

Marque

Affaires Publiques 2

 

Ces actions sur le patrimoine immobilier trouvent leur pendant pour le patrimoine immatériel à travers des actions en matière de propriété industrielle. En effet, il est tout aussi nécessaire de veiller sur la marque Rungis Marché International, la notoriété du Marché suscitant certains parasitismes. En 2016, 20 actions en contentieux ont été closes et une quarantaine reste en cours. De plus, de nouvelles signatures ont été protégées, comme marque, nom de domaine et logo : Village Rungis, La Halle Bio, Le Comptoir du Carreau ainsi que le Macaron Rungis.Il s’agit non seulement de soutenir la promotion du Marché et de ses savoir-faire, mais aussi de préparer le déploiement d’éventuels contrats de licence, par exemple dans le cadre de l’internationalisation du concept, ainsi que d’une marque collective. Les réflexions sur la création de cette dernière ont d’ailleurs été poursuivies afin d’établir les critères d’une charte d’adhésion. Une telle bannière pourrait, par exemple, servir à signer des opérations de mutualisation à l’export entre divers acteurs du Marché.

 

Affaires Publiques 3

Francis Lefèvre – Secrétaire Général

  LA SEMMARIS FAIT  LA PROMOTION DU MARCHÉ ET DES GROSSISTES, PAR DES ACTIONS NATIONALES ET INTERNATIONALES,  EN VALORISANT  LES SAVOIR-FAIRE.

International

Affaires Publiques 6

La politique internationale relancée l’an dernier par la SEMMARIS a d’ailleurs fait l’objet de nouvelles avancées. Ainsi, la première phase du partenariat de Moscou, signé fin 2015, a donné lieu à l’élaboration du master plan du projet. Dimensionné à 180 hectares, il devrait constituer le plus important marché de gros de Russie, après un investissement d’un milliard d’euros. Le projet de Dubaï également signé fin 2015 n’a pas encore démarré ; sa première phase devrait débuter en 2017 avec l’objectif de poser la première pierre à l’occasion de l’Exposition Universelle de Dubaï en 2020.

Par ailleurs, la SEMMARIS a commencé en 2016 une étude de préfaisabilité pour l’installation d’un marché de gros par un investisseur privé au Kazakhstan, un pays de 15 millions d’habitants seulement, mais très bien situé en Asie. De même, des échanges ont été entrepris avec le gouvernement philippin qui prépare l’édification d’une ville nouvelle au nord de Manille. À l’image d’une collaboration analogue, entamée sous l’égide d’une coopération entre États, par les aéroports de Paris. Enfin, la SEMMARIS a lancé une étude à la demande de la municipalité de Casablanca dans l’hypothèse du déménagement et de la modernisation du marché de gros de la capitale économique du Maroc.

Export et régions

De nouveaux points relais sont en cours d’élaboration et pourront à terme favoriser les flux des grossistes de Rungis via la connexion de diverses plateformes. À ce titre, un groupe export va faire l’objet d’une expérience pilote à Dubaï, avec cinq opérateurs du Marché : le dispositif a été validé en 2016, un VIE devrait être recruté courant 2017 pour démarrer les échanges en 2018. En France, la SEMMARIS a réalisé une étude pour la ville de Saint-Étienne qui étudie la modernisation de son outil. En association avec les groupes, La Poste et Caisse d’Epargne, elle s’est portée candidate à l’appel d’offres lancé par Toulouse Métropole qui veut confier la délégation de service public de son MIN ainsi que de la zone logistique voisine de Fondeyre.

FOCUS

Affaires Publiques 5

Le nouveau modèle qu’est en train de construire le Marché de Rungis renforce le rôle crucial qu’il remplit dans les filières ainsi que sur son territoire. C’est pourquoi la SEMMARIS s’implique continuellement dans les enjeux agricoles et alimentaires en collaborant avec les nombreuses instances du secteur : le ministère de l’agriculture bien sûr, mais également les Chambres d’agriculture, le Conseil national de l’alimentation… Quant à son ancrage territorial, elle participe aux travaux du Cervia (Centre régional de valorisation et d’innovation agricole et alimentaire), de l’ADOR (Association pour le Développement économique du pôle Orly-Rungis), de l’EPA-ORSA (Établissement public d’aménagement Orly-Rungis-Seine Amont) ou, encore, du Grand Paris. À la croisée de ces deux composantes fondamentales de son modèle – sectorielle et géographique –, la SEMMARIS est naturellement membre du Syndicat d’études de la Cité de la gastronomie.