La gourmandise : notre plus belle qualité

Arpenter les allées de Rungis, c’est partir à la découverte de ce que la gastronomie peut offrir de plus surprenant. Au-delà des meilleures recettes de la tradition française, le Marché regorge de produits rares ou originaux. Plaisir garanti !

Le secteur des fruits et légumes de Rungis déchaîne une explosion de couleurs qui annonce autant d’étonnements gustatifs. Les légumes anciens – panais, rutabagas… – y rivalisent avec des mini-légumes de toutes sortes ; les herbes aromatiques avec des fleurs comestibles – bégonia, capucine et autres fleurs de courgette… D’ailleurs, le détail des statistiques d’arrivages révèle une croissance de 17 % de la catégorie « autres légumes », à plus de 17 000 tonnes, ce qui est loin de constituer un volume anecdotique. De même, on observe que les champignons sylvestres (ou des bois) affichent une hausse de 7 % en 2016 et représentent, à eux seuls, près de 5 000 tonnes.

Du côté des fruits, Rungis est notamment le temple de l’exotisme : il y a bien sûr les agrumes en tous genres, les ananas, les litchis… mais les statistiques laissent deviner également une largeur incomparable de l’offre via la catégorie « autres » qui atteint les 23 400 tonnes, en hausse de 2 %. À noter également la catégorie des fruits secs – amandes, noix, noisettes, pistaches, noix de cajou… – à l’insolent dynamisme en 2016 : + 20 % pour atteindre les 3 500 tonnes.

Cette diversité, on la découvre aussi au pavillon de la marée, avec de multiples espèces rarement consommées quotidiennement : turbot, Saint-Pierre et lotte, langoustes et homards, crevettes venant de toutes les latitudes (label rouge de Madagascar ou bio d’Équateur). Outre des poissons à l’allure parfois étonnante, le sabre de grands fonds ou le congre par exemple, on retrouve sur Rungis des préparations totalement en phase avec les tendances de consommation, à commencer par les sushis ou autres sashimis préparés sur place. Enfin, difficile de quitter la marée sans évoquer le caviar, l’aliment d’exception par définition.
Au premier regard, le secteur des produits carnés s’inscrit avant tout dans la tradition : grandes races à viandes, abats fins, volailles de haut vol… Les surprises n’y sont pas interdites pour autant. Peu à peu, les « nouvelles » viandes s’y font une place : en 2016, l’autruche, le bison et le kangourou ont rencontré une croissance de 16 % et tendent vers les 600 tonnes. Et de nouvelles origines débarquent dans l’Hexagone, à commencer par les viandes très réputées du Japon, bœuf de Kobe bien sûr, mais également Wagyu.

La gourmandise : notre plus belle qualité 1

Les produits laitiers ne sont pas en reste. « Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ? », s’interrogeait un illustre président français. Et bien Rungis compterait plus de 1 200 signatures fromagères, constituant à lui seul « le plus beau plateau de fromages européens », selon les termes d’un spécialiste. Autant dire qu’il serait fastidieux de les énumérer.
De même, les produits traiteurs dont la présence sur le Marché s’étend d’année en année. Avec le développement du secteur, encouragé par l’arrivée du pavillon de la gastronomie et de la Halle Bio, toute la palette des produits alimentaires se retrouve désormais à Rungis : vins et spiritueux, épicerie fine, produits biologiques jusqu’aux niches en vogue actuellement : vegan, sans gluten, etc.  Là encore, le Marché de Rungis est devenu le carrefour de ce que la gastronomie régionale française, européenne et mondiale, invente de meilleur, de l’Italie  au Moyen-Orient, et jusqu’aux confins  de l’Australie ou de la cordillère des Andes.

Le « Made in France » à Rungis

Le Marché de Rungis met en avant les produits et les producteurs français…

Rungis & La Gastronomie

Retrouvez l’ensemble de nos Communiqués et Dossiers de Presse sur la gastronomie