Rungis ailleurs – Les nouveaux horizons du marché

L’activité de Rungis à l’international connaît une nouvelle impulsion avec le développement d’accords de licence. L’expertise du marché rayonne aujourd’hui aux quatre coins de la planète.

Rungis ailleurs - Les nouveaux horizons du marché 2

L’exportation du savoir-faire de Rungis en matière de création, de restructuration ou de réhabilitation de marchés de gros alimentaire connaît ces dernières années un nouveau souffle. « L’activité de conseil à l’international n’est pas nouvelle en soi au sein de la Semmaris. Mais elle s’est renforcée et surtout structurée depuis 2015 avec la mise en place de contrats globaux de long terme pour accompagner nos partenaires internationaux, de la faisabilité du projet à l’exploitation de l’infrastructure », explique Bertrand -Ambroise, directeur international de la Semmaris.
Ces contrats de longue durée (quinze ans en moyenne) sont basés sur le partenariat de long terme entre la Semmaris et son partenaire étranger afin de l’accompagner dans toutes les étapes de son projet : études de faisabilité et de construction, études de marché, business-plan, assistance à la construction, conseil à la mise en exploitation et à la gestion, etc. « Dans le cadre de ces contrats, tous les savoir-faire de la Semmaris sont mobilisés : l’expertise immobilière, la maîtrise de l’exploitation maintenance, mais aussi la gestion des déchets ou les enjeux de marketing, relève Bertrand Ambroise. Notre force, c’est notre savoir-faire technique, mais aussi notre expérience en matière de gestion d’un marché en ce qui concerne, par exemple, l’anticipation des besoins, la maîtrise du flux logistique ou encore la gestion des pics d’activité ou de gouvernance… »
Depuis le premier contrat paraphé avec Moscou fin 2015, le rythme des collaborations internationales s’est accéléré ces deux dernières années avec des partenariats conclus aux quatre coins de la planète. « En Asie centrale, nous avons signé au Kazakhstan pour un marché porté par un partenaire privé, qui en est au stade du business-plan, et en Ouzbékistan pour la création d’un marché central à Tachkent dont le démarrage est prévu l’année prochaine. Nous sommes par ailleurs en négociation pour deux marchés dans des régions de production de ce pays », précise Bertrand Ambroise.

Asie, Afrique, mais aussi Europe

Rungis ailleurs - Les nouveaux horizons du marché 1En Asie, où l’offre alimentaire française bénéficie d’un intérêt particulièrement soutenu, le marché de Rungis a été sollicité pour la création d’un marché à Hanoï sur une infrastructure de 170 hectares, avec un partenariat avec le premier groupe privé vietnamien, et à Hô-Chi-Minh-Ville sur l’extension de 70 hectares du marché existant. La Semmaris s’est également vue attribuer une étude stratégique pour le ministère de l’Agriculture vietnamien. Aux Philippines, les experts de Rungis finalisent une étude de marché en vue de la création d’un marché à proximité de Manille dans le cadre de projets de reconversion urbaine.
L’Afrique offre également de belles perspectives de transfert de savoir-faire. Un contrat a été signé l’année dernière en vue de la création d’un marché à Cotonou. L’étude de faisabilité est achevée et la construction démarrera cette année pour une ouverture prévue en 2020. Lors de la visite officielle du président de la République en Égypte, en janvier dernier, le président de la Semmaris, Stéphane Layani, a conclu un contrat avec le gouvernement égyptien pour l’accompagner dans la mise en place d’un réseau de marchés de gros.
Des projets sont enfin à l’étude en Europe, en Hongrie par exemple. « Un certain nombre de projets vont passer cette année dans une phase opérationnelle, celle du développement du projet immobilier et de la construction. Leur aboutissement ne présente pas seulement un intérêt pour la Semmaris – qui assoie son expertise en matière de gestion d’infrastructures –, ces nouveaux marchés constitueront aussi demain des portes d’entrée privilégiées pour les acteurs du marché, qui pourront y déployer leurs projets commerciaux et immobiliers dans les meilleures conditions », se félicite Bertrand Ambroise.

Bruno Carlhian