Marée : les Français ont plébiscité le saumon

Les ventes à domicile de produits de la pêche et de l’aquaculture ont rebondi en 2020. Une croissance en trompe-l’œil qui masque de grandes disparités entre frais, surgelé, conserves et traiteur.

Si la fermeture des restaurants a profondément pénalisé la consommation des produits de la mer en 2020, les ventes à domicile, elles, ont bénéficié de la redistribution des cartes. D’après un bilan établi par FranceAgriMer, les achats de produits aquatiques en 2020 ont été en forte augmentation tant en valeur (+ 7 %) qu’en volume (+ 6 %), après trois années consécutives de baisse. Selon les données fournies par Kantar Worldpanel, le rayon marée (en GMS, poissonneries, sur marchés, etc.) a fait l’objet de fluctuations fortes entre le premier confinement (une baisse de 12 % en mars-mai), le déconfinement (une hausse de 9 % entre juin-octobre 2020) et le deuxième confinement (une hausse de 12 % par rapport à 2019 pour les mois de novembre et décembre). Le premier confinement a surtout permis au surgelé et aux conserves d’afficher un dynamisme sans précédent : + 26 % en volume pour le surgelé et + 19 % pour les conserves.

Cette hausse des achats mérite cependant d’être relativisée. Outre qu’elle intervient dans un contexte très favorable aux ventes à domicile, le rebond est d’ampleur très modeste. Les produits frais notamment voient certes leurs volumes augmenter de 2 % en un an, mais restent en recul de près de 6 % depuis quatre ans. Cette baisse structurelle est compensée par une hausse en valeur : + 5 % sur un an et + 5 % également par rapport à 2016. En dépit de la forte hausse de consommation connue entre 2019 et 2020 pour le surgelé (+ 13 %) et pour les conserves (+ 6 %), ces deux catégories demeurent en baisse en volume depuis 2016. Les produits traiteur constituent la seule catégorie qui progresse de façon continue : + 7 % en volume et + 6 % en valeur en 2020, et + 11 % en volume et + 15 % en valeur par rapport à 2016.

 

+ 25 % de ventes en un an !

Le grand vainqueur de cette année si particulière est le saumon frais. Sa consommation a augmenté de 25 % en volume et de 20 % en valeur, grâce notamment à un prix moyen en recul de près de 4 %. C’est l’espèce la plus populaire avec 26 % en volume. Le cabillaud arrive ensuite (14 % des volumes), mais connaît un fort repli en 2020, de près de 11 % en volume et de 3 % en valeur. Il est suivi par le lieu noir (8 %), la truite ou encore la dorade. Les crustacés frais ont également connu une bonne année en distribution tant en volume (+ 14 %) qu’en valeur (+ 9 %) en raison d’un prix moyen en baisse, ainsi que l’huître (+ 3 % en volume et + 2 % en valeur), tandis que la moule est en repli en volume (- 2 %).

Le saumon décroche aussi la palme dans le secteur du traiteur de la mer. Si c’est le deuxième produit en volume derrière le surimi, les achats de saumon fumé ont été en forte hausse (+ 7 % en valeur et en volume), tout comme ceux de la truite fumée (+ 6,7 % en valeur et + 1,6 % en volume). Avec 204 000 tonnes, les ventes en volume de produits traiteur de la mer arrivent aujourd’hui presque à la hauteur de ceux des produits frais. Les ventes de produits aquatiques frais ont baissé de près de 10 % en moins de 10 ans. B. C.

 

En chiffres

Les achats de produits aquatiques en 2020 à domicile sont en hausse en valeur (+ 7 %) et en volume (+ 6 %), après trois années de baisse.

 

+ 6 %

de hausse pour les produits traiteur de la mer, qui gagnent des parts chaque année

- 10 %

de ventes à domicile de produits frais issus de la pêche et de l’aquaculture en 10 ans

557 M€

de saumon frais ont été vendus en France en 2020, loin devant le cabillaud