Les signes de qualité en progrès

La part des viandes françaises bénéficiant d’un signe officiel de qualité (bio, Label rouge, IGP, AOP) continue de progresser, selon un bilan publié en septembre par Fil rouge, l’organisme qui rassemble toutes ces filières. En 2019, les « gros bovins » bénéficiant de l’un ou l’autre de ces labels représentaient presque 5 % de la production française, en nette progression par rapport à 2015 (3,4 %). C’est la filière bio qui progresse le plus vite, celle-ci représentant 56 % du total, devant le Label rouge (37,6 %), les IGP et AOP arrivant loin derrière (10 %).
Le bœuf Label rouge est encore commercialisé majoritairement en boucherie artisanale (51,5 %), même si la part des grandes surfaces a tendance à progresser rapidement.
Si la part de la viande de veau vendue sous les signes de qualité est comparable à celle du bœuf (5 %), c’est bien l’agneau qui reste le champion des filières qualité. Près de 18 % de la production a été vendue en Label rouge et IGP (ou les deux) pour les trois quarts, devant le bio.
Concernant le porc enfin, c’est le Label rouge qui domine largement les filières qualité. Avec les trois quarts des volumes, il se situe loin devant le bio, encore marginal dans la filière. Les circuits de qualité représentent 5 % de la production porcine française, et sont tirés essentiellement par l’industrie de transformation (charcuterie et salaison) deux tiers des débouchés, loin devant les GMS et la boucherie artisanale.

 

Zéro déchet, zéro gâchis

Epsilon, créé par la société Zéro-Gâchis, est une « intelligence artificielle anti-gaspi ». Intégrant des paramètres multiples (règles du don, loi EGALIM, marge unitaire, etc.) ce terminal optimise la gestion des invendus pour atteindre le zéro déchet. L’algorithme analyse les données récoltées et permet aux magasins d’atteindre le zéro gâchis alimentaire (100 % de revalorisation) en sauvant le maximum de valeur liée à ces produits (+ 53% de résultat net). Il a été récompensé à Natexpo Lyon par un Trophée d’Or.

Nominations

Nominations

Marc Mandaroux a été nommé directeur du développement durable du transporteur et logisticien Kuehne+Nagel France. Le groupe compte plus de 83 000 collaborateurs et 1 400 implantations à travers 100 pays.
Deux importantes présidences d’Interbev ont été renouvelées. Emmanuel Bernard, éleveur bovin dans la Nièvre, a été élu président de la section Bovins et succède à Guy Hermouet. Gilles Gauthier, président de FEDEV – les métiers de la viande a été élu à la présidence de la section Veaux.

Carnet

Jean Clanchin, qui a repris et dirigé l’entreprise Triballat-Noyal avec
son épouse Françoise, est décédé le 28 août dernier à l’âge de 82 ans. Créateur des marques Petit-Billy, Sojasun et Vrai, l’industriel breton a été précurseur dans la fabrication des produits à base de soja à la fin des années 1980. La société est présente à Rungis sous le Pavillon Bio.