Commerce équitable : Des producteurs français bientôt labellisés 4Commerce équitable : Des producteurs français bientôt labellisés 4

Commerce équitable : Des producteurs français bientôt labellisés

Le commerce équitable, fondé pour aider les petits producteurs pauvres des pays du Sud, vient en France au secours de certaines filières agricoles en détresse.

Le commerce équitable, fondé pour aider les petits producteurs pauvres des pays du Sud, vient en France au secours de certaines filières agricoles en détresse. Après Agri Éthique, une nouvelle certification Fairtrade/Max Havellaar se met en place pour créer de nouvelles synergies.

Le commerce équitable n’en finit pas de recruter de nouveaux consommateurs. Initié aux Pays-Bas en 1988, ce concept, fondé sur la défense d’un niveau de vie décent pour les petits producteurs du Sud, a connu l’année dernière en France une augmentation exceptionnelle des ventes de 12 %, et ce malgré le contexte de crise sanitaire et économique. Fédéré depuis 1997 par Fairtrade International, le commerce équitable est représenté par 26 organisations nationales dont Max Havelaar France. Préalablement destiné au café, le commerce équitable concerne aujourd’hui plus de 35 000 produits labellisés à travers le monde, issus de 1,71 million de producteurs et travailleurs agricoles, répartis dans 73 pays. Selon l’Observatoire du commerce équitable, publié en mai 2021, « les consommateurs sont de plus en plus conscients des impacts de leur consommation sur leur environnement et sur les inégalités. En consommant des produits issus d’un commerce équitable, les Français témoignent de l’importance qu’ils accordent à la juste rémunération des producteurs. Ils sont également de mieux en mieux informés sur les risques environnementaux et de santé publique liés à l’agriculture industrielle et recherchent des modes de consommation cohérents avec leurs valeurs et leur compréhension des enjeux sociétaux ». Une observation confirmée par le succès des produits porteurs des labels Fairtrade et bio, qui représentent 90 % des produits internationaux labellisés.

L’évidence du commerce équitable Nord-Nord

Commerce équitable : Des producteurs français bientôt labellisésDepuis sa création, le commerce équitable a connu de nombreuses évolutions, parmi lesquelles l’émergence encore récente d’un commerce équitable Nord-Nord, à côté du commerce Nord-Sud originel. En France, de nouvelles filières équitables ont vu le jour, dans le but de rémunérer décemment les producteurs (voir encadré). Les produits qui en sont issus représentent 35 % du marché en 2020, en croissance de 21,6 % à 645 M€. Pour cette rentrée, Max Havelaar poursuit le mouvement et présente ses nouvelles filières françaises. « En tant qu’ONG de soutien aux producteurs défavorisés des pays d’Amérique latine, d’Asie ou d’Afrique, Max Havelaar France a décidé d’apporter son expertise, son expérience et sa renommée au service des producteurs français vulnérables », lit-on dans un communiqué. En effet, partant du constat qu’un tiers des agriculteurs français perçoit moins de 350 € de revenus, il y avait urgence à mettre des moyens pour soutenir ces métiers d’avenir, garants de notre souveraineté alimentaire. « Nous avons utilisé les leçons de nos filières historiques pour créer ce nouveau cahier des charges adapté à la France, en dialoguant avec les producteurs. Alors que tout le monde parle de garantir un prix juste, transparent et supérieur aux coûts de production à l’agriculteur, nous le proposons aujourd’hui concrètement et de façon territorialisée », a déclaré Blaise Desbordes, DG de Max Havelaar France. Cette première expérimentation, qui concerne le blé et le lait français, permettrait de tester si le développement des marchés Fairtrade/Max Havelaar locaux dans le Nord apporte un bénéfice aux producteurs. Pour cela, l’ONG propose une nouvelle certification qui s’articule autour de 4 engagements. D’abord, un prix minimal établi territoire par territoire, en fonction des prix de revient spécifiques observés sur les zones vulnérables. Il comprend le coût de production, la rémunération des producteurs à hauteur de 1,5 SMIC brut, une sécurité pour la durée de l’engagement sur trois ans ainsi qu’une prime de développement. Puis, la labellisation vient avec un accompagnement vers des méthodes de production plus durables, grâce à un cahier des charges compatible HVE et une incitation à la conversion en bio. Ensuite, le maintien des exploitations grâce à des soutiens à l’installation et à la reprise par de jeunes agriculteurs. Enfin, il sera désormais possible pour les consommateurs de soutenir à la fois le Nord et le Sud à travers des produits élaborés à partir de différents produits équitables, comme le café ou le chocolat du Sud et le lait ou le blé du Nord, les yaourts, crèmes dessert, viennoiseries, pâtisseries, biscuiterie… Max Havelaar France souhaite avant tout étendre ces produits équitables « mixtes » pour assurer la continuité des filières historiques, tout en développant les nouvelles françaises.

Commerce équitable : Des producteurs français bientôt labellisés 2

Ethiquable s’impose en France

Poursuivant la même idée, Ethiquable partenaire de Max Havelaar, qui œuvre depuis plus de 17 ans en faveur d’un commerce équitable engagé et d’une agriculture paysanne bio, a créé en 2020 un label bio équitable avec 4 000 producteurs français, en partenariat avec les magasins Biocoop.
Au début de septembre, la Scop a récemment créé l’événement en inaugurant une chocolaterie près de son siège historique à Fleurance dans le Gers. Il s’agit de la première chocolaterie hexagonale entièrement dédiée au chocolat équitable et bio. Fondée en partenariat avec les petits producteurs de cacao pour un meilleur partage de la valeur ajoutée, elle devrait instaurer une dynamique économique au niveau local avec la création d’une trentaine d’emplois. Sans oublier la pédagogie avec un parcours découverte destiné au grand public, qui ouvrira ses portes au début de 2022.

Commerce équitable : Des producteurs français bientôt labellisés 1

Reitzel, à fond sur le cornichon

Après avoir redonné vie à une filière française du cornichon disparue, le groupe Reitzel se tourne vers le plus grand pays producteur mondial, l’Inde, afin d’y organiser une production équitable, qualitative et respectueuse de l’environnement. Les 24 producteurs de cornichons français ne suffisant pas à la demande du marché, Reitzel propose désormais, sous sa marque Jardin d’Orante commercialisée en grandes surfaces, les premiers cornichons labellisés « commerce équitable » du marché. Cette filière indienne rassemble 1 300 agriculteurs regroupés dans 4 coopératives labellisées Fairtrade. Ils ont tous été formés par les agronomes français de l’entreprise pour améliorer rendement et qualité. Reitzel leur assure un salaire décent et une prime de développement, en parfaite égalité hommes-femmes. La production, qui s’élève à l’équivalent de 650 000 bocaux, sera présentée en 2 gammes, table et apéritive. « Pour le moment, cette labellisation est indiquée au dos des bocaux, à terme, elle devrait être visible sur l’étiquette principale, celle que l’on voit en un coup d’œil en poussant son chariot », explique le service marketing de la marque.
Caroline Maréchal

Agri-Éthique, premier label Équitable français

Commerce équitable : Des producteurs français bientôt labellisés 3C’est en 2013 qu’Agri-Ethique a, pour la première fois, fait changer le commerce équitable d’hémisphère. À cette époque déjà, les producteurs hexagonaux peinent à se rémunérer et à couvrir leurs charges de production. De fait, ce sont les filières agroalimentaires qui sont menacées et avec elles des milliers d’emplois. « Il faut donc imaginer un nouveau modèle économique, plus cohérent et plus juste, capable de recréer du lien entre toutes les parties prenantes. C’est la naissance d’Agri-Éthique. » Parti d’un contrat durable, reliant la CAVAC (Coopérative agricole Vendée approvisionnement céréales) à certains de ses producteurs de blé, Agri-Éthique regroupe aujourd’hui 31 filières dont les céréales, les légumineuses, les fruits, 1 550 exploitations et 325 références de produits labellisés. Comme tous les acteurs du commerce équitable, Agri-Ethique garantit le revenu des agriculteurs, préserve l’emploi local et soutient les pratiques environnementales et sociétales. Les produits Agri-Ethique représentent aujourd’hui 54 % des ventes de produits issus du commerce équitable français.