Brouillon auto 60Brouillon auto 60

Cuisines du monde, les destinations de 2018

Retour des traditions, interprétation des classiques, arrivée d’aliments Ovnis, la tendance pour les produits du monde 2018 devrait être riche en émotions, avec toujours un œil sur le nutritionnellement correct.

Selon le groupe de conseil américain Baum + Whiteman, l’année 2018 devrait laisser la part belle aux aliments healthy, c’est-à-dire bons et respectueux de notre santé. Exit le sucre, le gras, les plats en sauce et autres fritures. Les Français ont choisi de se tourner vers des horizons plus sains, des cuisines où les légumes, les légumineuses, les cuissons vapeur ou au grill prédominent, et cela, sans oublier les saveurs des épices.

La cuisine coréenne se développe

Au menu de ces tendances, la cuisine coréenne, portée par les jeux Olympiques, séduit de plus en plus de nos concitoyens pour son exotisme vertueux en termes de nutrition. Le bibimbap, la recette phare de cette cuisine, est au centre de cet engouement : il s’agit d’un plat de riz et de légumes sautés ou blanchis, accompagnés d’un œuf. Pas vraiment de recette précise, on peut y ajouter de la viande, des épices, du gingembre et la fameuse sauce gochujang, une pâte de piment fermentée. Le seul principe est que chaque ingrédient soit cuisiné séparément, avec son propre assaisonnement, pour que les saveurs se révèlent une fois le mélange effectué. Brouillon auto 61 Ce plat, très populaire en Corée, constitue le concept de base du restaurant la Bibimerie, récemment inauguré dans le 10e arrondissement de Paris. Olivier, le patron passionné, l’a réinterprété en cinq versions : végétarienne, vegan, au bœuf, au poulet et au saumon. Les autres spécialités coréennes qui ont le vent en poupe sont les ramen, des nouilles de blé d’origine japonaise à préparer sautées ou en soupe, accompagnées de viande et/ou de légumes, haricots, champignons, potiron, kimchi (chou fermenté et assaisonné, lire encadré). Le barbecue coréen, ou bulgogi, est également un incontournable de cette gastronomie asiatique. Il consiste à faire griller le plus souvent de fines lamelles de bœuf, mais aussi du poulet ou du porc marinés dans une sauce spéciale bulgogi que l’on trouve assez facilement aujourd’hui dans les supermarchés asiatiques, et même chez Leclerc. Pour finir, n’oublions pas les mandus, ces raviolis à pâte fine, fourrés de préparations aux légumes et à la viande, que l’on déguste grillés ou à la vapeur, trempés dans un mélange de vinaigre de riz et piments.

Le Proche-Orient et la Grèce reviennent en force

Parce que les légumineuses séduisent les aficionados de la cuisine santé, la gastronomie proche-orientale fait le plein en 2018 grâce à ses préparations traditionnelles et délicieuses que sont le houmous et les falafels. Préparées à partir de pois chiches, reconnues pour leur importante teneur en protéines végétale, ces spécialités sont portées par la mode du flexitarisme et recrutent aujourd’hui largement au-delà d’une consommation communautaire. Brouillon auto 58 Les restaurants libanais, égyptiens, israéliens voient désormais des files d’attente se former devant leurs portes. Même notre Haricot tarbais a succombé au mouvement et proposera cet été des recettes inédites de falafels et de houmous, mises au point par des chefs. Le Proche-Orient et la Grèce se caractérisent également par une importante consommation de produits laitiers, fromages blancs, yaourts et lait fermentés, consommés tels quels ou en accompagnement de plats salés. Ces produits, assez méconnus en France, devraient accéder à une plus grande popularité grâce au groupe Danone, qui lance ces prochains jours une nouvelle gamme « Les Danone du monde », qui comprend un laban du Liban (un yaourt multi-usage qui se boit ou sert de base culinaire pour de nombreux plats ou sauces), un ayran de Turquie (avec un goût salé, c’est la boisson phare des repas et des apéritifs d’été), un straggisto de Grèce (un yaourt nature très protéiné avec une texture crémeuse qui sert également de base culinaire avec un goût frais).
Autre produit en vogue, le zaatar, un mélange de sésame grillé, de sumac et de thym. Brouillon auto 59 Traditionnellement cuisiné sur un mana’ich, ou man’ouché, sorte de galette libanaise, il s’intègre à de nombreuses nouvelles recettes, salades de crudités, tartes salées, poêlées de légumes, soupes, marinades de viandes… Enfin, le Proche-Orient fait recette grâce au récent succès de l’halloumi. Ce fromage chypriote qui ressemble à de la feta, fabriqué à partir de lait de chèvre et de brebis, et se présente comme une sorte de brique blanche, fait une arrivée en force dans nos assiettes avec les beaux jours. Son secret, une pâte ferme qui, en passant sur le grill ou au barbecue, ne fond jamais. Arrosé d’un trait d’huile d’olive et de quelques pincées de thym, il trouve sa place sur toutes les tables estivales, ou dans les sandwichs. On en trouve des versions similaires en Grèce, en Turquie et en Égypte.
Brouillon auto 63

Le ghee indien, couteau suisse de l’ayurvéda

Le ghee est un beurre originaire d’Inde recommandé par l’ayurvéda, la médecine traditionnelle indienne basée sur l’équilibre des éléments et des énergies. Les Indiens, qui le considèrent depuis des siècles comme sain et pur, l’utilisent parce qu’il donne jeunesse et longévité. Brouillon auto 64 Il s’agit en fait d’un beurre clarifié, pas très nouveau donc, sans lactose, sans protéines de lait, qui ne se dégrade pas à haute température et convient au régime vegan. Annoncé sur la planète food comme « le » grand produit tendance de l’année, le ghee est en vente chez Naturalia, Biocoop, sur Amazon et sur les sites d’alimentation indienne. On peut évidemment le préparer soi-même à partir d’un beurre classique. On conseille même sur les blogs de l’appliquer directement sur la peau, notamment en cas de coup de soleil ou de brûlures, il aurait également des vertus hydratantes pour les cheveux.

Caroline Maréchal