Pour la filière dinde, ce n’est pas Noël tous les jours ! 3Pour la filière dinde, ce n’est pas Noël tous les jours ! 3

Pour la filière dinde, ce n’est pas Noël tous les jours !

Les Français boudent la dinde. La consommation est en recul depuis plusieurs années.

Les Français boudent la dinde. La consommation est en recul depuis plusieurs années. La filière va lancer en 2019 un vaste chantier pour connaître les raisons de cette désaffection afin de pouvoir repartir à la conquête des tables dans les foyers et hors domicile.

Depuis quelques années, les Français semblent bouder la dinde. Si la consommation par habitant se situait entre 5 et 7 kg par an entre 1998 et 2008, depuis le début des années 2010 elle s’établit aux alentours de 5 kg, voire plutôt en dessous. En 2017, la consommation annuelle était de 4,7 kg par habitant. En 2017, les achats des ménages étaient en nette diminution (- 4,6 % sur les dix premiers mois par rapport à la même période de 2016). Et le recul est plus lourd si l’on regarde la demande nationale, qui est estimée à – 10,2 % en 2017. Conséquences, la production nationale suit la dégradation de la demande et est en forte baisse (- 20 828 TEC, tonne équivalent carcasse). Cette baisse de consommation se situe dans un contexte de stabilité pour la filière volaille de chair. La consommation française totale de viandes de volailles en 2017 s’est établie à un niveau quasiment identique à l’année précédente (+ 0,2 %). Nous assistons donc à des substitutions au sein de cette catégorie de produits. La consommation de poulets augmente (+ 4,7 %), alors que celle de dindes recule, comme celle de canards (- 13,3 %). Rassemblés au sein du Comité interprofessionnel de la dinde française (Cidef), les professionnels tentent de trouver des solutions à ce désamour des Français. Une charte d’élevage, le « contrat de progrès Cidef », a été mise en place dès 1993. Les professionnels s’inscrivent par ailleurs dans la démarche « Volaille française », plébiscitée par les consommateurs. Ainsi, 94 % des Français trouvent qu’il est important d’avoir de la volaille française dans les lieux où ils consomment de la viande (hors domicile) et 92 % aimeraient connaître l’origine de la viande de volaille qu’ils consomment en tous lieux (hors domicile)*. La production est relativement bien engagée dans les filières certifiées et sous signe de qualité. La dinde est la deuxième production de volaille sous cahier des charges (59 333 TEC) derrière le poulet (98 234 TEC) et devant le foie gras (49 400 TEC). La production de dinde bénéficie de 23 signes de qualité : 22 labels Rouge et une AOP, la Dinde de Bresse. Mais tout cela est visiblement insuffisant. Aussi, le Cidef a décidé d’engager en 2019 un travail approfondi pour connaître davantage les attentes du consommateur.
Olivier Masbou

Pour la filière dinde, ce n’est pas Noël tous les jours ! 1 Pour la filière dinde, ce n’est pas Noël tous les jours !

Enquête Opinion Way pour l’Association pour la promotion de la volaille française (APVF), janvier 2018

La dinde au sein du plan de filière volaille de chair

Les opérateurs (producteurs, abatteurs, transformateurs) du secteur de la dinde s’inscrivent pleinement dans le plan de filière volaille de chair, élaboré dans le cadre des états généraux de l’alimentation. Avec ce plan, ils s’engagent notamment à développer les démarches de qualité sur une période de cinq ans. Pour y parvenir, ils proposent d’augmenter la production de volailles bio de 50 % en encourageant la contractualisation en amont pour développer les productions végétales biologiques. Autre objectif : augmenter la production de volailles label Rouge de 15 %, un effort qui devra être soutenu par le doublement des volumes exportés de volailles label Rouge. Enfin, ils souhaitent augmenter les ventes en RHD de 20 % en label Rouge et en bio. La filière dinde poursuit par ailleurs ses efforts en faveur du bien-être animal et pour la qualité sanitaire des aliments. Depuis 2011, les usages d’antibiotiques en médecine vétérinaire ont diminué de 43 %.

Pour la filière dinde, ce n’est pas Noël tous les jours ! 2