Une digitalisation toujours croissante 2Une digitalisation toujours croissante 2

Une digitalisation toujours croissante

Depuis 2018, les rechargements de cartes et créations de dossiers d’acheteurs de Rungis s’effectuent désormais majoritairement en ligne. Le signe d’une évolution en profondeur des comportements dans les métiers de bouche.

Les réflexes numériques gagnent du terrain parmi les professionnels des métiers de bouche. L’évolution des comportements des clients du marché de Rungis est à cet égard révélatrice. Selon le bilan 2018 établi par Rungis Accueil, la digitalisation de la clientèle du marché s’est encore accélérée ces derniers mois. L’année dernière, la majorité des rechargements de cartes (54,2 %), mais aussi la majorité des créations de dossiers acheteurs (53,5 %, soit une hausse de 16 points !), a été réalisée sur l’espace client en ligne du marché. Plus d’un tiers des renouvellements des dossiers d’acheteurs s’effectue également sur Internet, un indice en forte hausse sur un an (+ 7,2 %).
Le numérique est ainsi devenu un instrument majeur de prospection pour le marché et ses grossistes. Rungis Accueil souligne ainsi que le nombre de demandes d’ouverture de dossiers d’acheteurs (3 800) a grimpé de près d’un tiers (+ 31 %) en 2018, la majorité de ces démarches (57 %) aboutissant effectivement à la création d’un compte d’acheteur. Les pass découverte, qui permettent de découvrir le marché grâce à des offres en ligne, connaissent un succès sans précédent. Un millier de pass ont été sollicités en ligne l’année dernière, le double par rapport à 2017. Plus d’une centaine d’entre eux (109) ont été transformés en dossier « acheteur », une proportion également en forte hausse.

Une digitalisation toujours croissante

Des réseaux sociaux de plus en plus fréquentés

L’intérêt croissant des professionnels des métiers de bouche est confirmé par le nouveau bond de la fréquentation des réseaux sociaux du marché de Rungis. Le nombre d’abonnés aux différents « points de contact » numériques (Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn, etc.) avec le marché a encore progressé de 16 % l’année dernière, la communauté des « amis » du marché étant désormais forte de plus de 44 000 membres. La palme de la plus forte progression revient au compte Instagram, dont le nombre d’abonnés (5 000) a presque doublé en un an. La « communauté Facebook » demeure la plus grande, avec près de 30 000 membres.
Les commerces alimentaires de proximité sont en effet eux-mêmes de plus en plus familiers des réseaux sociaux et les utilisent couramment pour fidéliser leurs clients. Les consommateurs d’aujourd’hui sont en effet de grands utilisateurs d’Internet et n’hésitent pas à y donner leur avis. Selon la récente enquête CSA Research menée pour le compte de la CGAD, un tiers des Français (32 %), disent « prêter attention aux avis et notes donnés aux commerces de proximité par les consommateurs » sur la Toile. Une proportion qui monte à 53 % chez les 18-24 ans. Un phénomène qu’il devient de plus en plus difficile d’ignorer.

B.C

 

Des%20solutions%20num%C3%A9riques%20pour%20bouchers%20et%20charcutiers

Des solutions numériques pour bouchers et charcutiers

L’IFFA, le plus grand salon européen de la viande, qui se déroule cette année du 4 au 9 mai à Francfort, fera une large place cette année aux solutions numériques à la disposition des bouchers/charcutiers. Le manque de personnel qualifié contraint les entreprises à réfléchir à investir dans des technologies à assistance numérique, selon le salon. Elles permettent de libérer les artisans des tâches de routine chronophages, l’objectif étant de libérer ce temps pour le consacrer au client. De nombreux modules et des solutions en matière de caisses et de balances seront ainsi présentées. L’association des bouchers/charcutiers allemands DFV a fondé un cercle stratégique axé sur la « transformation numérique », afin d’élaborer des recommandations commerciales pour la profession. « Une boucherie/charcuterie restera toujours une entreprise artisanale produisant de façon artisanale des aliments de haute qualité : c’est là sa force, témoigne Gero Jentzsch, directeur de la communication de l’association. Mais le déroulement des processus qui l’entourent, par exemple les commandes ou les processus opérationnels, peut être optimisé par l’utilisation de services numériques ».