La ligne Perpignan-Rungis reprend du service

Les acteurs du Marché de Rungis l’ont vu assurer ses premières liaisons en 1986. Chaque jour, c’était le même rituel : le « train de Rungis » s’élançait de Perpignan (66) pour fournir le Marché : 82 wagons réfrigérés gagnaient ainsi le MIN, acheminant en moyenne 350 tonnes de fruits et légumes chaque jour. En 2019, le train réfrigéré qui reliait la gare Saint-Charles à la banlieue parisienne s’est interrompu. En cause notamment, la vétusté de certains wagons frigorifiques. Le train permettait pourtant d’assurer le transit de 400 000 tonnes de fruits et légumes tous les ans, l’équivalent d’une vingtaine de camions chaque jour.
Après des mois de concertation, le Premier ministre Jean Castex ainsi que le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, ont
finalement annoncé la réouverture, dès ce mois-ci, de la ligne de fret ferroviaire Rungis-Perpignan, lors d’un déplacement à Limoges (Haute-Vienne) consacré au plan de relance économique. Cette bonne nouvelle s’inscrit dans le cadre du plan gouvernemental d’un montant de 1 Md€ pour le développement du fret ferroviaire.
« Nous allons présenter la loi de finances 2022 où nous annoncerons le prolongement d’un certain nombre d’aides pour le fret », a expliqué Jean Castex, après l’annonce de la mise en place d’une aide annuelle au fret ferroviaire. En décembre dernier, le Gouvernement de Jean Castex avait lancé un appel à manifestation d’intérêt pour la reprise de la liaison entre Perpignan et Rungis. Rail Logistics Europe, Fret SNCF et VIIA ont répondu présents et assureront le nouveau flux logistique entre l’Occitanie et l’Île-de-France. Ainsi, une offre en transport conventionnel Fret SNCF entre Perpignan et Rungis démarre pour l’acheminement par des wagons spéciaux réfrigérés de fruits, légumes et produits secs, grâce à cinq liaisons hebdomadaires. Une offre d’autoroute ferroviaire VIIA devrait par ailleurs débuter avant la fin de l’année entre Le Boulou (66) et Gennevilliers (92) pour les chargeurs qui pourront affréter leurs semi-remorques sur les wagons de l’autoroute ferroviaire pour relier l’Occitanie à l’Île-de-France.

« Rapide, efficace et durable »

« La crise sanitaire a souligné la nécessité absolue de disposer de circuits d’approvisionnement en produits alimentaires qui soient rapides, efficaces et durables », assure Jean-Baptiste Djebbari, le ministre des Transports. Or, cette ligne relie la plateforme Saint-Charles International de Perpignan, premier centre de commercialisation, de transports et logistique de fruits et légumes en Europe, au Marché de Rungis, le plus grand marché de produits frais au monde. De son côté, Stéphane Layani n’a pas caché son enthousiasme. « Je me réjouis de l’annonce de la relance dès octobre de la liaison ferroviaire Perpignan-Rungis qui est attendue de longue date par les entreprises du Marché de Rungis et en premier lieu par les chargeurs. Je remercie le Gouvernement d’avoir fait de la relance de cette ligne une priorité absolue », a-t-il déclaré.

« Plus d’une centaine d’entreprises du Marché vont de nouveau pouvoir recevoir leurs produits par le train. Une plateforme logistique de la taille de Rungis ne peut dépendre entièrement de la route. La desserte ferroviaire est essentielle à la sécurisation des approvisionnements, à la résilience du Marché et à l’adaptation aux exigences environnementales. Je suis rassuré, par ailleurs, que cette liaison redémarre durant la forte période d’activité et en particulier à l’approche des fêtes de fin d’année », a-t-il ajouté. Le Marché de Rungis va continuer le travail entrepris avec les différents acteurs pour favoriser l’accroissement de liaisons ferroviaires sur son site. À cet effet, à la mi-octobre, une consultation sera lancée pour développer un terminal de transport combiné.