Boissons rafraîchissantes sans alcoolBoissons rafraîchissantes sans alcool

Boissons rafraîchissantes sans alcool

L’été sera nature

Depuis que les Français se sont mis à bouder les sodas traditionnels, c’est l’ébullition au pays des boissons sans alcool. De nouveaux acteurs proposent aujourd’hui des boissons à la fois rafraîchissantes et bonnes pour la santé.

Boissons rafraîchissantes sans alcool 1Les sodas sucrés à la composition opaque n’ont plus la faveur des consommateurs. Alertés par la baisse régulière de leurs ventes, les géants des « softs drinks » ont tenté de réagir ces dernières années en chassant sucres, colorants et arômes artificiels de leurs listes d’ingrédients et en investissant des créneaux réputés plus naturels, comme les thés glacés (May Tea, Fuze Tea…) ou les boissons aux infusions comme Honest. De leur côté, les embouteilleurs d’eaux minérales ont flairé le bon filon en développant les eaux aromatisées, fruitées ou infusées et les brasseurs en investissant le créneau des bières sans alcool, qu’elles soient ou non fruitées.
La tendance a aussi ouvert des perspectives à des produits fabriqués localement par une multitude de jeunes entreprises françaises souvent engagées dans la proximité et le bio. « On constate une véritable effervescence sur ce marché, avec de nombreuses innovations », constate Yann Berson, le gérant de Dispéré bio, qui a ouvert à la fin 2019 dans le pavillon bio un espace dédié aux boissons. « Nous passons beaucoup de temps à sélectionner notre assortiment car nous recherchons des produits à la fois exigeants sur la fabrication mais suffisamment consensuels en goût », poursuit le grossiste.
La tendance au naturel et à l’artisanal, qui s’est étendue à l’ensemble des catégories, a commencé il y a près de 20 ans avec l’émergence des colas locaux. Une trentaine de marques régionales se sont engouffrées ces dernières années dans la brèche ouverte par le Breizh Cola en 2002. « Nous avons retenu le Meuh Cola bio de Solibulles en Normandie, qui propose le premier cola vraiment transparent, au propre comme au figuré ! », reprend Yann Berson. Ce cola artisanal, transparent, est en effet garanti sans caféine, sans acide phosphorique et à base de sucre de canne équitable.

L’heure des eaux infusées a sonné

Boissons rafraîchissantes sans alcool 2La vogue actuelle a également profité aux limonades traditionnelles. Dans le sillage du Doubien la Mortuacienne ou du Lorrain Lorina (qui propose désormais une référence bio), d’autres acteurs artisanaux font parler d’eux. C’est le cas d’Elixia, marque fabriquée par la plus ancienne limonaderie de France située à Champagnolle dans le Jura en 1856. Celle-ci vient de sortir trois nouveautés bio originales, à la lavande de la Drôme provençale, au basilic et à la verveine citronnée.
Certains producteurs se tournent aussi vers le tonic, en vogue grâce au retour du gin tonic. Ainsi Lorina lance un tonic avec 30 % de sucre en moins que la moyenne du marché. Moins sucrées que les purs jus, les boissons aux fruits, associées à des eaux infusées ou à des plantes, devraient elles aussi connaître un bel été 2021. « C’est aussi un marché en pleine évolution », confirme Yann Berson. Le grossiste rungissois a très tôt référencé les boissons au jus de pomme et à l’hibiscus infusé de Panamako, une jeune entreprise passée par la pépinière de Rungis ou encore le Schorle des Filles de l’Ouest, une entreprise créée par deux entrepreneuses de l’ouest de la France. « Le Schorle est une boisson originaire d’Allemagne, mélange de fruits et d’eau finement pétillante, déclinée en plusieurs parfums, cassis, citron-gingembre, etc. », précise Hicham Skalli, le responsable du magasin de Dispéré. Le spécialiste poitevin des jus de fruits et de pomme Cœur de Pom’ s’est lancé également dans la bataille avec une gamme de cinq boissons rafraîchissantes bio associant infusions véritables et pur jus de fruits.


Du côté des infusions, les experts de Rungis ont récemment jeté leur dévolu sur la marque artisanale française et bio « Symples », référence au terme utilisé au Moyen Âge pour qualifier les plantes médicinales. Les fondateurs Florent Hellé et Théo Jespas ont été inspirés par un stage au Conservatoire des plantes à parfum, médicinales, aromatiques et industrielles de Milly-la-Forêt (91), le berceau de la culture des plantes médicinales en France. « Ce sont des infusions très peu sucrées qui sont vraiment orientées santé tout en étant bonnes en goût », argumente Hicham Skalli.
Le goût des Français pour les infusions n’a pas échappé aux brasseurs. La brasserie artisanale Deck & Donohue de Bonneuil-sur-Marne (94), certifiée bio depuis 2019, a récemment lancé sous la marque Ricochet une citronnade élaborée avec une infusion de romarin sucrée au miel d’Île-de-France et une Ginger beer associant jus de gingembre frais, infusion de gingembre sec et menthe poivrée.

En outre, également peu sucrées, les boissons à base de thé (extraits ou infusion) rencontrent aussi un franc succès. Parmi les lancements les plus récents et les plus originaux, notons celui de la gamme LiLLii Tea par la jeune marque lyonnaise LiLLii Water. Les thés glacés (Rooibos d’Afrique du Sud, thé vert du Vietnam et thé noir d’Inde) sont bio, issus du commerce
équitable et conditionnés dans des emballages carton à base de fibres de bois biodégradables.
Mais chez Dispéré bio, on croit aussi dur comme fer au succès cet été des boissons fermentées. « Il y a eu une augmentation et de l’offre et de la demande dès l’ouverture de notre magasin », relève Yann Berson. « Dès les premiers beaux jours cette année, on a senti les ventes décoller ». « Nous avons fait un long travail de sélection sur les deux principales catégories, les kombucha et les kéfirs de fruits », complète Hicham Skalli. « Les premiers sont issus de la fermentation naturelle d’une infusion de thés ou de plantes grâce à une symbiose de micro-organismes composée de levures et de bactéries acétiques ; les seconds sont obtenus grâce aux grains de kéfir, un levain auquel on ajoute de l’eau, du sucre et des fruits secs. »

Le fermenté, boisson de l’été ?

Pour le kombucha, le grossiste s’est tourné vers la brasserie Jubiles, que Dispéré propose au rayon frais. « C’est une contrainte logistique, mais ce sont des produits de grande qualité et bien sûr bio », assure Yann Berson. La gamme, brassée à Joinville-le-Pont (94), offre une grande palette de saveurs : citron-gingembre, citron vert-menthe, hibiscus-myrtille, pomme et curcuma, etc. Finement pétillante, la boisson reste très accessible en goût et peut remplacer avantageusement un soda ou une limonade. La version betterave-citron avec ses couleurs flashy mais naturelles a particulièrement retenu notre attention.


Côté kéfir, Dispéré a retenu en janvier dernier la brasserie Parallèle à Bordeaux, créée par deux jeunes convaincus par l’avenir de cette potion pleine de probiotiques. Les boissons, rafraîchissantes, sont habilement relevées dans leurs versions aromatisées, l’une au gingembre, l’autre au piment d’Espelette. « Si l’on est un peu plus cher sur le kéfir [PVC : 2,90 € les 25 cl contre 2,60 € pour le kombucha, NDLR], les deux boissons peuvent tout à fait se substituer à des sodas ou des bières dans des menus, assure Hicham Skalli. D’ailleurs, nous en vendons déjà beaucoup à des boulangeries ou des saladeries. » Bruno Carlhian

Le cannabidiol, prochaine vague ?

Derrière la vague des produits naturels et santé pourrait surgir celle des boissons à base de cannabidiol CBD, une substance active autorisée présente dans le plant de chanvre. Deux marques françaises se sont lancées ces dernières semaines : Jane, sur une base de thé vert Sencha ; et Chilled, une eau de source naturelle issue des Alpes autrichiennes, pétillante et infusée à l’hibiscus blanc. Cette dernière contient 15 mg de CBD par canette de 250 ml, zéro sucre et seulement une calorie.