Le jus de légumes fait une percée remarquéeLe jus de légumes fait une percée remarquée

Le jus de légumes fait une percée remarquée

L’arrivée des légumes, qui bénéficient d’une excellente image santé, dans l’univers des jus connaît aujourd’hui une véritable accélération...

L’arrivée des légumes, qui bénéficient d’une excellente image santé, dans l’univers des jus connaît aujourd’hui une véritable accélération. De nombreux Français, nouveaux adeptes, veulent profiter au quotidien de leurs vertus.

Parce que les Français sont de plus en plus concernés par leur alimentation et les bienfaits santé de celle-ci, les jus de légumes, parés de toutes les vertus nutritionnelles, font une percée remarquée dans les nouvelles habitudes alimentaires. Le plus souvent issus de l’agriculture biologique et estampillés AB, ces nouveaux jus sont la plupart du temps constitués de cocktails de légumes, ou de fruits et de légumes, assortis de promesses fonctionnelles comme Detox, Vitalité, Antioxydant, Energise…

Le jus de légumes fait une percée remarquée 3

En 2020, les jus de légumes ont représenté 3 % du marché total français des jus, à + 2,6 % selon Union nationale interprofessionnelle des jus de fruits (Unijus). Le numéro un des ventes reste le classique jus de tomate (+ 2 % en 2020 à 0,5 % du marché) suivi du jus de carotte, tous deux consommés régulièrement depuis des décennies, sans tambours ni trompettes. D’ailleurs, il existe un fait aussi avéré qu’étrange au sujet du jus de tomate : celui-ci serait consommé davantage… en avion. Selon le site Slate.fr, la Lufthansa aurait voulu savoir en 2010 pourquoi elle écoulait 1,7 million de jus de tomate par an contre 1,6 million de bières, avec des passagers culturellement davantage versés vers la seconde que vers le premier. Une étude a donc été menée et les passagers ont été interrogés. Résultat, « le jus de tomate est beaucoup moins bien noté sous une pression normale. Il est décrit comme étant terreux et moisi. Lorsque la pression est plus basse, comme en vol, on nous parlait plutôt d’odeur agréable, douce et fruitée, et de goût rafraîchissant ». Une question de pression donc, on en revient quand même au vocabulaire de la bière (!).

 

En France, les jus de légumes couvrent désormais tous les segments de marché, c’est-à-dire les rayons ambiants (pasteurisés) et frais (flashs pasteurisés, traités par ultra haute pression et ultra-frais). Surtout bio pour des raisons de cohérence avec l’aspect santé, ils se consomment toute l’année et permettent notamment d’atteindre le Graal des cinq portions de fruits et légumes par jour recommandées pour rester en bonne santé. Conditionnés le plus souvent en petites bouteilles individuelles, voire en shoots, ils sont plus ludiques et plus faciles à consommer que les légumes frais, et moins saisonniers que la soupe. De plus, leurs touches gourmandes de jus de fruits leur permettent d’avoir aussi les faveurs du jeune public, souvent réfractaire au moindre brocoli. De nombreuses marques se sont emparées du filon. Des « grandes connues » comme Tropicana qui présente une gamme Essentials, aux « petites nouvelles » comme Wild and the Moon qui propose ses jus en cures détox et bien-être, ce qui est plutôt malin, en passant par les « nouveaux déjà vieux » comme Innocent, qui suivent toutes les tendances depuis le début. Cette nouvelle manne a, bien entendu, été tout de suite identifiée par les grands distributeurs qui s’y mettent aussi et construisent des offres de jus de légumes aussi attractives que les grandes marques. On peut citer le jus pomme-épinard-mangue à Monoprix ; pomme-avocat-épinard-mangue-banane à Lidl, ou une nouvelle gamme récemment créée par Carrefour baptisée Sensation avec, pour rester dans les jus verts, notamment une recette pomme-poire-concombre-matcha.

Le jus de légumes fait une percée remarquée 2On ne s’y attendait pas, mais il existe même, cette fois avec une marque nationale, du jus de choucroute (jus de Kaut) commercialisé dans les magasins spécialisés bio. Fabriqué depuis très longtemps mais délaissé au fil du temps au profit d’autres boissons plus attractives, il est de retour et est à nouveau plébiscité, manifestement pas que pour ses grandes qualités organoleptiques, mais surtout pour ses amples vertus fonctionnelles. Ce jus a tout du profil à succès : il est faible en calories et en hydrates de carbone, il est lactofermenté (comme la choucroute dont il est issu) et stimule naturellement l’organisme en régénérant la flore intestinale. Il est conseillé de le consommer bien frais, mais sans excès quand même.

Si une partie des jus de légumes sont commercialisés en magasins, d’autres sont proposés par les professionnels de la restauration directement préparés à la commande. Pour cela, il faut s’équiper d’un extracteur professionnel qui permet d’obtenir du jus à partir de n’importe quelle variété de légumes et de fruits. Ainsi, bars et cafés peuvent rivaliser de créativité dans leurs cocktails de légumes frais de saison. L’acquisition d’un tel appareil peut constituer un réel point de différenciation, si on en juge le boom du marché des extracteurs de jus familiaux, et les consommateurs seront heureux de pouvoir déguster ce type de breuvage « non industriel » au cours d’une sortie entre amis. Pour avoir une idée concrète, selon Market Insights Reports, en 2020, la taille du marché mondial des extracteurs de jus était de 2 328 M$ et elle devrait atteindre 3 211,5 M$ d’ici à la fin de 2027, soit un taux de croissance annuel prévu de 4,7 %.    

Caroline MARECHAL

 

Dynamis : succès pour le jus de légumes lactofermenté

Le jus de légumes fait une percée remarquée 1Installée sur trois cases dans le pavillon du Bio inauguré en 2016, la maison Dynamis a engagé, et poursuit, la diversification de son offre. Autrefois concentrée sur les fruits et légumes, l’entreprise développe le bio et notamment pour l’épicerie. « Depuis deux ans, nous montons en puissance et nous multiplions nos références à la vente, explique Dorothée Dumez, responsable du développement de l’épicerie chez Dynamis. Et les jus de légumes font partie de ces nouveaux produits très demandés. » Le magasin Dynamis épicerie fine a mis en place un partenariat d’exclusivité avec la marque de jus spécialisée bio Vitamont. Ainsi, il est le seul du marché à commercialiser ces produits. La gamme à base de légumes comprend sept références ambiantes proposées en bouteilles d’un litre en verre. Parmi ces dernières, trois recettes sont lactofermentées, et le hit des ventes, plutôt inattendu. « Notre plus belle rotation vient du jus de betterave lactofermenté », dévoile Dorothée. Ce jus est plébiscité par les écoles, les magasins spécialisés bio, mais également par des distributeurs du Min, comme le groupe Vergers Saint-Eustache, « qui en achète pour compléter son offre auprès des restaurants, lesquels sont très demandeurs. » Le jus de légumes fait une percée remarquée 4Dynamis ne présente pas de jus de légumes frais pour le moment, « c’est plus compliqué en frais avec des dates de consommation courtes, comme nous sommes au début de la chaîne de commercialisation, explique la responsable. En plus, pour le moment, nous sommes déjà bien à l’étroit, et chaque produit doit être minutieusement référencé en fonction de la demande. » Il y a bien cette case de la boucherie à côté, aujourd’hui fermée, que Dorothée aimerait bien ajouter à sa surface actuelle, mais « on ne sait pas qui va reprendre pour le moment ».