Les fruits secs : quand le grignotage  devient sainLes fruits secs : quand le grignotage  devient sain

Les fruits secs

quand le grignotage devient sain

L’engouement des consommateurs pour une alimentation naturelle, saine et diététique porte le marché des fruits secs, qui affiche une croissance de 2 % en volume en 2018 par rapport à 2017.

Le marché des fruits secs fait référence à un grand nombre de produits. On distingue traditionnellement les fruits secs de bouche, destinés à la consommation directe, et les fruits secs utilisés comme ingrédients pour les préparations culinaires, à l’instar des chocolats, confiseries, biscuits et gâteaux, glaces, etc. Les fruits secs appartiennent ainsi à quatre grandes familles : les oléagineux, les fruits charnus, les baies et les graines. Ce marché est loin d’être anodin en France et son chiffre d’affaires est estimé à 480 millions d’euros en 2018, soit 45 000 tonnes de produits vendus (+ 2 % par rapport à 2017).

Parmi les oléagineux (ou fruits à coque), on trouve notamment l’amande, la noix de cajou, la pistache et la noisette. En 2017, environ 2,2 millions de tonnes d’amandes ont été récoltées dans le monde. La Californie (États-Unis) est à l’origine de la moitié de la production mondiale, avec plus d’un million de tonnes. Ses principaux débouchés sont incarnés par la confiserie, la boulangerie et le snacking. Concernant la noisette, la production annuelle mondiale se situe aux alentours d’1 million de tonnes et la Turquie est le principal producteur (75 % de la production mondiale). La noisette est principalement utilisée pour la fabrication des pâtes à tartiner. La noix de cajou, quant à elle, est de plus en plus plébiscitée par les consommateurs. Sa production mondiale est estimée à quatre millions de tonnes et les pays africains en sont les principaux pourvoyeurs. La noix de cajou constitue bien souvent l’ingrédient principal des fromages végétaux. Enfin, la pistache connaît un beau succès à l’apéritif avec une production mondiale évaluée à plus d’un million de tonnes l’an passé. Parmi les principaux producteurs : l’Iran et les États-Unis.

Dans la famille des fruits charnus, le raisin sec fait figure d’incontournable. Des cépages spécifiques sont utilisés pour l’obtenir : le blanc sultanine, le « Flame Seedless », le Corinthe noir et le « Crimson Seedless ». Mais c’est le pruneau qui est aujourd’hui le fruit sec le plus consommé dans l’Hexagone. Les premières traces de sa culture remontent au XVe siècle, autour d’Agen. Au XIXe siècle, un ingénieur agronome français l’importe en Californie, aujourd’hui première productrice mondiale, avec environ 155 000 tonnes récoltées l’an passé, suivi de la France, avec environ 50 000 tonnes. À noter qu’en France, il existe une IGP pour l’appellation pruneau d’Agen, couvrant six départements : Lot-et-Garonne, Dordogne, Gironde, Tarn-et-Garonne, Gers et Lot).

M.R

Connaissez-vous la recette du...camembert rôti au miel et aux fruits secs

A tester chez vous sans plus attendre !

Que boire avec...Les fruits secs

Qui dit bons produits, dit bon vin !