Accessoiristes 1Accessoiristes 1

Accessoiristes

Des opportunités pour les accessoiristes de Rungis

L’agrandissement du bâtiment F4A est une aubaine pour les quatre accessoiristes qui y possèdent une activité. Une surface plus grande, des locaux lumineux, modernes, esthétiques. FoedChakir, dirigeant du Savetier de Rungis et président du Club des accessoiristes de Rungis (CAR), nous dit tout de ses projets.

Les accessoiristes de Rungis sont des acteurs incontournables du Marché. Ils fournissent aux clients du Marché et aux différents grossistes les matériaux, accessoires, équipements mais aussi services, solutions techniques et logistiques indispensables à la bonne marche de leurs activités. Ils sont chaque jour à la disposition des professionnels du MIN, et de tous ceux qui souhaitent bénéficier de leurs compétences.

En octobre, le nouveau bâtiment F4A, conçu par le prestigieux cabinet de l’architecte Jean-Michel Wilmotte, devrait être inauguré. Il abrite quatre boutiques d’accessoiristes, qui ont vu leurs surfaces de vente modernisées et agrandies : Jac’Pesage, Le Petit Forestier, Bocca Sacs et Au Savetier de Rungis. Les autres accessoiristes du MIN, une soixantaine au total, sont installés dans les secteurs, au plus près de leurs clients potentiels. Les activités sont très variées et vont de l’agence de voyages aux fournisseurs de vidéo-surveillance, en passant par la climatisation, les arts de la table, sacs et sachets, balances, vêtements, trancheuses… Accessoiristes 6Il y a les spécialistes, Bocca Sacs, Jac’Pesage, Au Savetier de Rungis… et les généralistes, comme La Bovida et Laroche, qui proposent de tout. Par exemple, un boucher peut s’y équiper entièrement, y acheter ses meubles, ses réfrigérateurs, aussi bien que ses épices, ses couteaux, ses sacs…

 

L’opportunité de développer son activité

Accessoiristes 3

Au Savetier de Rungis, dirigé par Foed Chakir, occupe désormais toute la nouvelle façade vitrée du bâtiment donnant sur la tour Semmaris. « Avant, le magasin originel faisait 66 mètres carrés. J’ai racheté Au Savetier de Rungis, qui existe depuis 1912, il y a dix ans, après avoir commencé ma carrière chez un fabricant de vêtements de travail. Grâce à l’agrandissement du bâtiment, nous sommes passés à 140 m2 pour le magasin et 230 m2 d’entrepôt de stockage, de préparation de commandes et de bureaux. Nous allons pouvoir multiplier par trois ou quatre le nombre de produits exposés. » FoedChakir s’enorgueillit d’équiper tous les professionnels de la tête aux pieds. « Je propose plus de 10 000 références sur catalogue. Il y a une infinité de possibilités de couleurs, de matières, de formes de poches… pour chaque type de produits. Nous équipons l’homme au travail, quel que soit son secteur d’activité, avec des produits qualitatifs. Je travaille avec des fabricants spécialisés en gilets, blousons, chaussures… qui sont situés essentiellement en France et en Europe. Notre force, c’est de pouvoir aussi bien équiper une entreprise de deux personnes qu’une autre de mille personnes dans un temps record, et en faisant choisir le modèle à chaque salarié. Cela fait vingt-cinq ans que je suis dans le secteur et je connais tous les fournisseurs capables de livrer rapidement n’importe quelle marchandise. J’ai rejoint il y a deux ans le groupement d’indépendants EPI Center afin d’élargir mes gammes grâce à son vaste référencement de fournisseurs. À la rentrée, nous allons avoir une nouvelle brigade de 12 agents de sécurité sur le marché de Rungis, et c’est nous qui allons les équiper pour leurs tenues et accessoires. J’envisage enfin de développer le service de blanchisserie déjà proposé à nos clients afin de leur proposer une offre complète. »

 

Personnalisation et made in France

Chaque client peut choisir une personnalisation, notamment en termes de broderie. « Nous équipons entre autres le CFA boucherie de Paris. Nous sommes reconnus pour nos services de personnalisation dans la profession. Nous sommes également connus pour notre bon rapport qualité- prix, le bon tissu, la bonne broderie… et le sérieux de notre travail. » Pour les tenues de cuisine et les bouchers, FoedChakir est heureux de présenter un de ses principaux fournisseurs. « Adolphe Lafont est un fabricant français qui existe depuis très longtemps dans le secteur du vêtement professionnel. Il a récemment relancé des gammes mixtes modernisées, aussi bien en termes de couleurs (jaune, orange, bleu jean…)qu’en termes de coupes et de design. Je suis aujourd’hui le revendeur exclusif de cette marque pour le Val-de-Marne. Nos clients sont de plus en plus sensibles au made in France, et veulent se démarquer, c’est stratégique. Il s’agit de l’image d’un commerce, le vêtement de travail c’est la première chose que l’on voit quand on pousse la porte d’un commerce. » Au-delà des tenues professionnelles, Au Savetier de Rungis équipe également le chef d’entreprise dans ses activités quotidiennes, notamment en chaussures. « Nous proposons tous les styles avec des marques fortes et reconnues, pour tous les âges et tous les types d’activités, soit une offre de plus de 500 modèles. » À la suite de l’agrandissement du F4A, FoedChakir envisage d’embaucher deux personnes supplémentaires, un magasinier et une secrétaire administrative. Ce qui portera à cinq l’effectif total. « Il y a dix ans quand j’ai racheté, Au Savetier de Rungis générait 250 000 euros de chiffre d’affaires, aujourd’hui nous réalisons 1,3 million et, avec l’agrandissement, nous ambitionnons de doubler ce chiffre en trois ans. »

Accessoiristes 4

Au Savetier du Rungis avant

Accessoiristes 5

Au Savetier du Rungis aprés

 

 

S’adapter au mode de consommation

Le magasin de FoedChakir va créer un atelier broderie, pour réaliser sur place en direct certains travaux sur des vêtements, des petites séries, du dépannage… afin d’être réactif face à une clientèle toujours plus pressée. « Je travaille avec les professionnels du MIN, mais aussi de nombreux artisans, des restaurateurs, des chaînes de magasins, comme Paris Store, la mairie de Paris… L’idée, c’est quand même de rester sur le Marché où il y a déjà fort à faire, mais aussi d’avancer et de grandir. Il y a des besoins, c’est évident. » Pour mener à bien ses projets et ses ambitions, le dirigeant du Savetier de Rungis s’applique à suivre l’évolution des modes de consommation. « Le marché se modernise et évolue. Avant, les gens se déplaçaient. Aujourd’hui, beaucoup n’ont plus le temps de venir sur place et se font livrer. D’où l’intérêt de proposer des solutions à distance et d’être présent sur la marketplace de Rungis, inaugurée le 1er juillet dernier. »

Caroline Maréchal

 

Le%20CAR%20%C3%A0%20la%20man%C5%93uvre

Le CAR à la manœuvre

Le Club des accessoiristes de Rungis, créé il y a plus de trente ans, est présidé par FoedChakir et compte quelque 13 adhérents parmi la soixantaine d’accessoiristes installés sur le MIN de Rungis : Au Savetier de Rungis (équipement de protection individuelle, vêtements et chaussures de sécurité), Rungis Voyage (agence de voyages), PreciaMolen (pesage industriel et commercial), Laroche (matériel pour boucherie, charcuteries, abattoirs), Lesmayoux (équipementier des fromagers), La Bovida (ustensiles de cuisine, épices et marinades), Bocca Sacs (sacs et papeterie), Avis Massoutre (location de véhicules), Sedrati (matériel, composants d’électronique), SMIFCI (installation en froid commercial et industriel), Com Rungis (agence de communication), REM (Rungis emballages matériels), Com’Informatique (conseil, comptabilité, informatique). « C’est peu, reconnaît FoedChakir, mais, pour nous, ce type d’organisation est beaucoup moins stratégique que pour la viande, qui connaît des crises nécessitant de prendre des décisions communes. » Les accessoiristes représentent une grande variété en termes d’activité. « Et du coup, les opérateurs sont plus individualistes, certains ne sont pas intéressés parce que les activités sont très différentes et que ça demande un certain investissement personnel, en temps et en travail. Il y a des réunions et certains ne souhaitent, ou ne peuvent pas, pas y participer faute de disponibilité. » Actuellement, le CAR mène le projet de créer une plaquette de présentation commune pour ses adhérents, de façon que les nouveaux acheteurs qui arrivent sur le marché accèdent rapidement à leurs offres : tenues, sacs, balances, trancheuses, voyages… « Il y a beaucoup de matériel et de services communs à tous les métiers de bouche. C’est donc important que nous soyons mieux représentés pour davantage de visibilité », conclut FoedChakir.
Le%20nouveau%20b%C3%A2timent%20VM1%20accueillera%20plus%20d%E2%80%99une%20dizaine%20d%E2%80%99accessoiristes

Le nouveau bâtiment VM1 accueillera plus d’une dizaine d’accessoiristes

Dans le cadre du projet Rungis 2025, le nouveau bâtiment dédié à la découpe de porc, qui parachève la modernisation de grande ampleur engagée dans le secteur des viandes du Marché, devrait héberger, sur ses 11 500 m2, plus d’une dizaine d’accessoiristes. Installés dans des boutiques de tailles variables, ces commerçants bénéficieront des installations modernes, fonctionnelles et esthétiques de ce bâtiment pour lequel la Semmaris a investi 23 millions d’euros. Conçu par le cabinet d’architecture ENIA, le VM1 s’étendra sur 160 mètres de longueur et 55 de largeur et sera entièrement maintenu à 4 °C. Un parking de 250 places, situé sur le toit, sera accessible par des rampes transparentes en polycarbonate, illuminées la nuit pour une mise en valeur maximale de l’aspect avant-gardiste de l’édifice. Commencée en 2017, la construction de ce nouveau bâtiment devrait s’achever fin 2018.