Le snacking, le marché coupe-faim 1Le snacking, le marché coupe-faim 1

Le snacking, le marché coupe-faim

Sandwichs, burgers, pizzas…

Sandwichs, burgers, pizzas… le marché du snacking est en plein développement et n’est pas épargné par les nouvelles tendances. Il pèse près de 50 milliards de chiffre d’affaires.

STEPHANE LAURE

Le marché du snacking représente 48,15 milliards d’euros en France. Le chiffre d’affaires est de plus de 6,7 milliards d’euros, uniquement pour les grandes surfaces alimentaires, et devrait continuer de grimper, jusqu’à 7,5 milliards d’euros d’ici à trois ans*. Le secteur a connu une croissance de 145 % en douze ans, indique le cabinet Gira Conseil. Sandwichs, burgers, pizzas… les offres sont multiples et n’épargnent personne. Ainsi, huit Français sur dix sont adeptes du sandwich : il s’en consomme plus de 2 milliards par an (2,35 milliards en 2016).

Le Jambon-beurre

Notre jambon-beurre national reste le préféré des Français : il pèse 51 % de la consommation.

Loin d’être ringarde, la consommation du sandwich se développe. En 2016, elle est en hausse de 3,95 % par rapport à 2015. Le marché du sandwich a triplé en quinze ans pour atteindre 8,25 milliards d’euros. Le marché de la pizza est estimé à 4,58 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2017, en repli de 10,9 % par rapport à 2016. Les Français ont consommé 749 millions de pizzas (- 9 %). Ce n’est pas le produit phare du snacking qui ne représente que 12 % des parts de marché (camions, à emporter, boulangeries, livreurs, restauration automatique…), loin derrière les restaurants italiens et pizzerias (48 %), la grande distribution (25 %), et juste après la restauration collective (15 %).

8,25

milliards d'euros pour le marché du sandwich

4,58

milliards d'euros pour le marché de la pizza

749

millions de pizzas consommés

Un repas sur trois en restauration commerciale est composé d’un burger. 1,34 milliard de burgers ont été consommés en 2016 : 35 % en vente au comptoir (+ 3,71 %) et 65 % en service à table (+ 17,3 %). En quinze ans, la consommation de burgers a été multipliée par 13, quand celle des sandwichs a été multipliée par trois. En 2000, les Français consommaient un burger pour 9 sandwichs, en 2016 le rapport est d’un pour deux. De nouveaux venus tentent de se faire une place parmi cette offre. Le bagel est apprécié par un Français sur quatre. Crêpes et sushis s’invitent également à la « table ». La vague des « sans » passe également sur le marché du snacking : sans gluten, sans viande, sans lactose. Aucun format n’est épargné, du food truck aux grandes enseignes. Xerfi rapporte que McDonald’s a lancé des bars à salade en Asie et un burger végétarien en France, le « Grand Veggie ».Le snacking, le marché coupe-faim 1
Olivier Masbou

* Étude Xerfi-Precepta, « Le marché du snacking à l’horizon 2020-Perspectives de croissance, évolutions du jeu concurrentiel et grands défis à moyen terme », juillet 2017

 

Le snacking, une opportunité pour les métiers de bouche

Les métiers de bouche ont une place à prendre dans le marché du snacking. C’est ce qui ressort de l’étude réalisée par le cabinet Gira Conseil, à la veille du salon Sandwich & Snack Show (les 4 et 5 avril 2018 à Paris, Porte de Versailles). Parmi ces commerces de proximité, certains sont en croissance, comme la boulangerie, d’autres en recul, comme la charcuterie. « Aujourd’hui, la boulangerie réalise près de 40 % de son chiffre d’affaires grâce au snacking. Les autres métiers de bouche commencent à s’y mettre mais trop timidement. Le snacking haut de gamme à emporter. ou à consommer sur place est une vraie voie pérenne à emprunter par tous les métiers de bouche ! » précisent les auteurs. À l’instar des boulangers, les métiers de bouche qui résistent le mieux ou se développent sont ceux qui en plus de la qualité des produits, de la proximité et du conseil à leurs clients, sont en mesure de proposer une offre de vente à emporter à consommation immédiate ou différée au bureau ou à domicile. Gira Conseil estime que le snacking pourrait permettre aux métiers de bouche de développer leur chiffre d’affaires de 10 à 15 %.Le snacking, le marché coupe-faim

2,35 milliards de sandwichs consommés en 2016, soit + 3,98 % par rapport à 2015, dont 51 % de jambon-beurre, (1,199 milliard d’unités consommées en 2016, soit une baisse de 2,92 %).

745 millions de pizzas consommées en France, pour 4,58 milliards de chiffre d’affaires, dont 48 % dans les restaurants italiens et les pizzerias, 25 % en grande distribution, 15 % en restauration collective et 12 % en livraison, camions, restauration automatique.

1,19

milliard de burgers consommés

30%

des repas consommés en restauration commerciales sont des burgers

2,35

milliards de sandwichs consommés en 2016